Videographie

Deuxieme partie : Highway To Hell

Concerts et contrats s'enchaînent, AC/DC remplit les salles et les fans reprennent en cœur les titres de leurs derniers albums.

Janvier 76 : Le groupe retourne aux Albert Studio et en trois semaines enregistre Dirty Deeds Done Dirt Cheap. De la même lignée que les albums précédents, il inclut notamment RIP (Rock In Peace) qu'on ne retrouve pas sur la version Européenne.

Avril 76 : Départ du groupe pour l'Europe et Londres, et ce en plein dans la période pré-Punk. La tournée débute le 23, au club Red Cow. Au fil des jours, et au Marquee notamment, AC/DC emporte la faveur du public qui constate que par leur son et leur attitude sur scène, ils sont nettement meilleurs que le groupe en tête d'affiche. Atlantic Records profite de cette montée en charge pour sortir en mai un High Voltage version européenne, regroupant 2 titres issus de la version australienne de High Voltage et 7 de T.N.T..

Décembre 76 : Edition de la version européeene de Dirty Deeds Done Dirt Cheap. Après une année laborieuse et épuisante, le groupe retourne passer les fêtes en famille et se reposer pour ce qui doit être une année décisive pour leur carrière.

Février 1977 : Toujours avec l'aide de Vanda et Young, le quatrième album "Let there be Rock" sort en mars en Australie. Attention, avec cet album, c'est de la dynamite à chaque morceau, on ne reprend jamais sa respiration. Tous les titres sont 100 % rock'n roll, brut de décoffrage, et une fois encore le groupe nous raconte ses expériences sexuelles dans Crabsody in blues (Blues étant la marque d'une crème contre les morpions) et Whole lotta Rosie, une copine de Bon qui avant lui, s'était mise au lit avec 28 hommes dans le même mois. A partir du 18, le groupe se produit au Royaume-Uni pour une tournée à succès de 26 dates.

Avril 77 : C'est une tournée européenne qui occupe le groupe en première partie de Black Sabbath. Des tensions règnent entre Malcolm et Geezer Butler, le bassiste de Sabbath. A Helsinki (Finlande), Geezer menace Malcolm d'un couteau. Ce dernier ne se dégonfle pas et le frappe à coups de poings. Le groupe est renvoyé de la tournée malgré l'amitié que porte Ozzy Osbourne à Bon et Angus.

De retour a Londres, le groupe se sépare de Mark Evans qui ne s'entend pas bien avec Angus. AC/DC contacte Colin Pattenden des Manfred Mann's Earth Band. Trop vieux apparemment aux yeux de Browning qui présente Cliff Williams au groupe. Il plaît aux boys et est engagé en juin 77.

Juillet 77 : Départ pour l'Amérique du nord, et premiers concerts sur le sol américain. La tournée se poursuivra au Royaume-Uni avant un retour aux USA jusqu'à fin décembre. C'est pendant cette tournée qu'Angus découvrira une invention stupéfiante : une guitare sans câble, fonctionnant avec un petit émetteur fixé à la courroie. Bon évoqua ce moment :" C'était incroyable à voir. Angus avait un large sourire et c'était comme si une multitude de pensées malignes traversaient son esprit, imaginant les dégâts qu'il pouvait causer avec cette petite et maléfique invention".

Octobre 77 : sortie de la version européeenne de Let there be Rock

Décembre 77 : Profitant de leur séjour à New-York, le groupe enregistre le 7 un concert destiné à être diffusé à la radio, dans les studios Atlantic. Témoignage live qui sera longtemps le plus recherché d' AC/DC : "Live from atlantic Studios", aujourd'hui disponible dans le coffret BONFIRE.

Début 78 : De retour à Sydney, AC/DC retourne en studio jusqu'en Mars pour enregistrer leur nouvel album : Powerage. Le LP sort en France le 10 mai 1978.

Mai 78 : Début d'une nouvelle tournée. 20 dates au Royaume Uni, puis en Amérique où ils assurent les premières parties d'Aerosmith, de Journey et d'Alice Cooper.

Après 5 mois sur les routes, la popularité d' AC/DC a grandi considérablement. Aux Etats-Unis, 250 000 copies de Powerage se sont vendues, en Angleterre, l'album figure au top 50 ainsi que le single Rock'n Roll Damnation qui est dans le top 30.

Octobre 78 : Face au succès grandissant du groupe, la compagnie discographique décide d'investir dans ce qui serait une sorte de "Best Of" des boys. Finalement, la réalisation d'un album live est privilégiée, le premier d'AC/DC. Ainsi parait l'un des plus importants live de l'histoire du rock : "If you want blood… You've got it".

Commence alors une nouvelle tournée qui les poussera à la gloire, cette fois, AC/DC n'a plus de concurrent dans son domaine. Atlantic persuade le groupe de réfléchir à un disque brisant certaines barrières commerciales que connaît le rock dur. Dans un premier temps, il leur faut trouver un producteur sachant adapter leur musique à la radio FM. Vanda et Young sont donc provisoirement écartés pour laisser la place à Eddy Kramer (Led Zeppelin, Kiss). Les séances d'enregistrement en Floride sont un échec, le groupe ayant du mal à collaborer avec Kramer. Browning leur présente Robert John "Mutt" Lange. Le groupe s'enferme dans les studios Roundhouse de Londres pour un enregistrement qui dure six mois.

27 Juillet 79 : Publication de Highway to Hell dans le monde entier. Ca y est, AC/DC a franchi le cap, l'album explose les bacs, les singles Highway to hell, Girls got the rythm et Touch to much passent constamment sur la bande FM. Le groupe doit frapper fort aux Etat-Unis, le marché porteur par excellence. Le groupe met fin à sa collaboration avec Michael Browning et engage l'américain Peter Mensh. AC/DC passe la plus grande partie de 79 sur les scènes du plus grand et plus rentable marché du Rock de la planète pour une immense tournée triomphale.

Octobre 79 : Début de la tournée britannique, ils engagent les débutants Def Leppard en première partie. Ensuite, le groupe fait escale dans différentes villes européennes. C'est à Paris qu'ils décident de faire graver sur pellicules leur concert, des interviews et des moments fort des coulisses : "Let there be rock".

Février 80 : MIDEM de Cannes (France). Le groupe reçoit plusieurs disques d'or pour la vente des albums "If you want blood…You've got it" et "Highway to Hell". Angus se marie avec sa fiancée hollandaise Ellen.

19 Février 1980 : Bon, comme à son habitude, part boire quelques verres avec ses amis Pete Way et Phil Mogg, du groupe britannique UFO. Aucun des deux ne se souvient avoir été avec Bon ce soir là, ce qui paraît étrange. Il sort du "Music Machine" à 3 heures du matin, bien éméché, au bras d'un mystérieux individu du nom de Alistair Kinnear qui se propose de le ramener chez lui. D'après ses déclarations à la police, Bon s'était endormi dans la voiture, impossible à réveiller, Kinnear décide alors de l'emmener chez lui, au 67 Overhill Road, en espérant qu'il se réveille pendant le trajet. Bon dort toujours et Kinnear décide de le laisser dans la voiture après l'avoir recouvert d'une couverture et fermer la voiture par sécurité. Le lendemain, Kinnear se réveille tard dans l'après midi, il se souvient de Bon enfermé dans la voiture. Il sort le chercher et le trouve encore inconscient. Il conduit Bon au King's College Hospital où les médecins constatent qu'il était déjà décédé, la mort étant due à une asphyxie provoquée par ses propres vomissures.

Quelques semaines après les funérailles de Bon, Malcolm va voir son frère pour lui proposer de jouer quelques morceaux. "Ça nous a sorti la tête de l'eau" déclarera Angus. Par la suite, ils rencontrent le reste du groupe pour leur demander s'ils voulent continuer. Tout le monde est OK mais il faut maintenant trouver un nouveau chanteur, étape très difficile pour le groupe. Un tas de prétendants, plus ou moins sérieux, se font connaître. Le manager du groupe leur propose une liste de chanteurs, parmi eux un chanteur anglais qui avait connu le succès avec le groupe de glam rock anglais Geordie dans les années 70 : Brian Johnson. La légende veut que ce soit la lettre d'un fan de Chicago qui fit pencher la balance en sa faveur. À l'époque où Bon chantait avec Fraternity, il avait souvent partagé la scène avec Geordie. Peter Mensh lance alors un avis de recherche pour localiser ce Brian Johnson. Ce dernier se trouvait dans son Newcastle natal, travaillant alors comme mécano.


Partie suivante > Back In Black