Discographie

Dirty Deeds Done Dirt Cheap

Dirty Deeds Done Dirt Cheap

Date de sortie : 12 Decembre 1976
Line-up : Young, Young, Scott, Evans, Rudd
Producteur : Harry Vanda & George Young
Lieu d'enregistrement : Albert Studios, Sydney, Australie

Titres :

  1. Dirty Deeds Done Dirt Cheap (3:52) Traduction disponible
  2. Love At First Feel (3:12) Traduction disponible
  3. Big Balls (2:38)
  4. Rocker (2:51)
  5. Problem Child (5:46) Traduction disponible
  6. There's Gonna Be Some Rockin' (3:18) Traduction disponible
  7. Ain't No Fun (Waiting Round To Be A Millionaire) (6:57) Traduction disponible
  8. Ride On (5:53) Traduction disponible
  9. Squealer (5:27)
  • Chansons écrites par M. Young, A. Young & B. Scott

Là encore, l’Europe se voit servie d’une édition différente de sa « petite sœur » australienne ! On notera aussi que cette édition européenne (avec une pochette des plus particulières !) contient un morceau « Love at first feel » nullement présent sur l’édition australienne ! Quant au morceau « Dirty deeds done dirt cheap », ici, il se voit amputé de quelques secondes. « Rock in peace” ainsi que « Jailbreak » sont absents !

panierAcheter sur Amazon.fr


La Genèse de Dirty Deeds Done Dirt Cheap :

DDDDC - ACDC bandLes 9 chansons composant Dirty Deeds Done Dirt Cheap ont été enregistrées alors que l'album High Voltage (TNT en Australie) faisait encore partie du peloton de tête dans les charts australiens. La maison de disque ayant décidé que le nouvel album ne sortirait que lorsque les ventes des deux premiers déclineraient, Dirty Deeds Done Dirt Cheap resta en boîte pendant un certain temps.

Comparé à l'homogénéité d'High Voltage, "Dirty Deeds" recèle de nombreuses surprises sans pour autant faire offense à la sacro-sainte ligne Rock'n'Roll.
Lancé en 1975 en Australie, l'album ne sorti pourtant aux Etats-Unis qu'en 1981, un an après qu'AC/DC soit devenu une vrai icône du Rock sur le territoire. Face à la demande grandissante d'enregistrements avec le premier chanteur Bon Scott, la maison de disque répondit en effet par la sortie, 6 ans après sa sortie originelle, de Dirty Deeds Done Dirt Cheap.

L'album marie plus que jamais deux éléments incontournables de la musique d'AC/DC: le rock'n'roll, et l'humour. Big Balls sonne comme une vraie comédie. La chanson va au delà des double sens de The Jack ou de She's Got Balls, c'est une vraie déconnade, composée et joué pour le fun. Bon Scott y sonne comme Vivian Stanshall ou The Barron Knights volume maximum.
La chanson fait presque figure d'intrus dans l'album et on se demande si Bon Scott n'aurait pas des fois eu une vie parallèle de comédien?
76' ACDC On TourQue dire de ces vers? "My Balls are always bouncing, to the left and to the right, It's my belief that my big balls should be held every night". Comment n'auraient-elles pas pu offusquer la sensibilité des féministes? Avec du recul, comment ne pas rigoler devant une telle provocation?
La critique elle, préférera définir Bon Scott comme un homme profondément troublé (comprenez un alcoolique et un drogué). Derrière le provocateur, se cachait cependant une âme sensible, comme le montre l'extraordinaire Ride On. Bon Scott y décrit le sentiment déprimant de l'accumulation des excès de la vie de rocker. L'alcool, la route, le peu de sommeil, la drogue, c'est la face cachée de tout ce qui a nourri jusque là les paroles des chansons d'AC/DC. A la manière lancinante de chanter de Bon Scott s'ajoute le poids des mots comme "Got another empty bottle and another empty bed / Ain't too young to admit it, and I'm not too old to die" donnant à la chanson une vraie dimension dramatique. Musicalement parlant? la chanson est un chef d'oeuvre, une blues gluant, une balade brûlante. A travers un des soli les plus aboutis d'Angus, le groupe rend hommage aux joueurs de Blues et à leurs vies difficiles, de BB King à Keith Richards. Ride On occupe une place importante dans le coeurs des plus grands fans et fût la seule chanson de l'ère Bon Scott à figurer sur la "compilation" de 1986: Who Made Who.

Mais probablement, la chanson la plus connue reste la chanson éponyme. Dirty Deeds Done Dirt Cheap est caractérisée par des accords tranchants et des paroles renvoyant directement à une hotline réglant tous les problèmes, dont le numéro fait évidemment référence aux mensurations idéales de la femme selon Bon Scott. 36-24-36. La légende veut qu'en Australie, une vieille veuve ait à changer son numéro de téléphone après être continuellement inondée d'appels obscènes.

C'est Angus qui trouva le titre Dirty Deeds Done Dirt Cheap en regardant le dessin animé: Beany and Cecil. Plusieurs années après il se rappela "Il y avait ce gars qui s'appelait Dishonest John et il avait une carte qui disait Dirty Deeds Done Dirt Cheap: vacances, dimanches, prix spéciaux".

Beany and Cecil

Bien qu'enregistré quelques mois après High Voltage, la chanson est pourtant beaucoup plus mature et jouée avec beaucoup plus de panach. Elle repose sur un riff d'une solidité inébranlable et un refrains entraînant, facile à reprendre. Résultat? La chanson est un énorme hit sur les radios américaines en 1981. Son succès est aussi et surtout dû à la production parfaite d'Harry Vanda et George Young. L'arrangement, les voix, tout y est parfaitement diabolique. Love At First Feel et ses paroles mielleuses semble à des années lumières.

"Rocker" lui, est totalement viral. Son riff efficace et simple a dû pousser des centaines de bleus à attraper une guitare et former leur propre groupe. Le mariage entre le riff et les paroles de Bon Scott sont de l'ordre du génie: I'm a rocker, I'm a roller, I am right out of controller" et déboulent à toute vitesse.

La chanson la plus explosive sur Dirty Deeds Done Dirt Cheap reste probablement Problem Child (bien qu'on pourrait considérer que sa version définitive se trouve sur Let There Be Rock) et si les paroles de Rocker sont l'illustration de Bon, le riff et les paroles de Problem Child désignent directement les frères Young...

DDDC ACDC Band