Interviews & Articles

L'Entre deux : Bon .... Brian

En cette triste fin de Févier 1980, une question hante nos esprits à nous fans de la première heure. AC/DC continuera, continuera pas… Après 4 années euphoriques passées à déguster des albums qui se suivaient à une cadence effrénée, où le disque précédent à peine savouré qu'un autre vous arrivait comme un missile dans les tympans; la machine s'est brisée en plein élan. Si Angus était le moteur d'AC/DC, Bon en était le carburant sans lequel cette machine infernale à faire du Rock'N'Roll ne pouvait fonctionner.
Déjà AC/DC était devenu un gros groupe qui avait beaucoup d'engagements à respecter et dont beaucoup de gens dépendaient, il fallait donc prendre une décision. Après quelques jours d'incertitude, ce fut finalement Malcolm qui débloqua la situation en appelant Angus pour lui demander s'il voulait bien continuer et reprendre les répétitions. Selon les dires des parents de Bon, lui-même aurait prit cette décision. Il fallait alors se mettre à la recherche d'un nouveau chanteur. La nouvelle commença à circuler; "le groupe AC/DC est à la recherche d'un nouveau chanteur !"; oui mais voilà qui pourra remplacer cette voix si singulière qui caractérisait Bon Scott.

Qui pour succéder à Bon Scott ?

Aujourd'hui à l'heure d'Internet et de la communication à outrance nous voyons dans quel mutisme se complait le groupe. Au début des années 80, la presse spécialisée; Best et Rock and Folk faisaient partis des rares sources d'informations auxquels les fans pouvaient se raccrocher, c'est dire la maigreur des sources dont nous disposions. Malgré tout assez vite un premier nom commença à circuler : Stevie Wright, ancien chanteur des Easybeats, qui depuis la fin du groupe dans les années 70 avait enregistré deux albums solo produit par Vanda et Young, déjà eux ! Le bonhomme, ancien accro à l'héroïne, travaillait alors comme conseillé aux questions de drogue à l'Armée du Salut de Sydney. Voilà une première info bien intéressante, mais cela n'alla pas plus loin. Les frères Young ont apparemment eu le nez fin car les vieux démons de la drogue ont finalement ressurgi chez Wright aux milieu des années 80.

Les rumeurs concernant Stevie Wright à peine publiées, un second nom vit le jour, en la personne du londonien Gary Holton, ex chanteur des Heavy Metal Kids. Il fût convoqué trois jours de suite pour des auditions mais ne se présenta pas en raison de problèmes d'alcool. Peu de temps après deux autres noms émergèrent dans les médias : Terry Slesser, chanteur de Back Street Crawler fondé par Paul Kossof, fondateur précédemment du groupe Free ne fût pas retenu non plus, Slesser aurait, selon les sources les plus courantes, remplacer un certain Brian Johnson au sein de Geordie. Toujours est-il que c’est Rob Turnbull’s qui pris la suite de Brian. Geordie a continué anonymement sa route avec la sortie de l’album ‘No Sweat’ en 1983.

THE EASYBEATS
THE EASYBEATS: groupe australien de rock'n'roll fondé en 1964 à Sydney par STEVIE WRIGHT (chant, né le 20/12/1948 à Leeds, Yorshire), HARRY VANDA (chant/guitare, né le 22/03/1946 à La Haye en Hollande), GEORGE YOUNG (guitare, né le 06/11/1948 à Glasgow en Écosse, frère aîné d'Angus et Malcolm), DICK DIAMONDE (basse, né le 28/12/1947 à Hilversum en Hollande) et GORDON SNOWY FLEET (batterie, né le 16/08/1946).

THE EASYBEATS considéré comme le plus grand groupe de rock australien des années 60 ont commencé leur carrière en Australie avec deux premiers albums plus qu'honorables mais dénués de cette touche anglaise tant recherchée fin 65, début 66. S'ensuit un troisième album dont le premier titre 'Sorry' est un premier chef d'œuvre toujours composé et signé par l'équipe Young / Wrigh avant de déménager en Angleterre où ils sortiront deux nouvel albums et surtout un 45T 'Friday On My Mind' qu'il n'est plus la peine de présenter même 40 ans après et qui a été élu en 2001 meilleure chanson australienne de tous les temps.
Le génie du duo Harry Vanda / Georges Young été déjà en marche.
En 2005 Stevie Wright était toujours en activité pour des galas.

 

Mais c'est surtout le dénommé Allan Fryer qui retint le plus l'attention des médias qui publièrent même des photos de sa personne. Allan Fryer alors chanteur d'un obscur groupe appelé Fat Lip avait parait il les préférences de Georges Young et fût annoncé comme LE remplaçant de Bon, la place lui étant même réservée, ce qui excita ma curiosité et m'insista à faire des recherches sur le bonhomme.
Trois ans plus tard je dénichais un 33T d'Heaven (dont sont issus les deux extraits audio) qu'Allan Fryer avait fondé et dont a fait partie Mark Evans, ancien bassiste d'AC/DC; comme le monde est petit ! Finalement Allan Fryer ne fût pas non plus retenu, jugé par les boys trop proche de Bon vocalement.

Or les frères Young ne voulaient pas d'un clone mais de quelqu'un d'unique à sa façon tout comme l'était Bon. Pour finir, fin mars 80, le choix des boys se porta sur Brian Johnson, choix que parmi tant d'autres fans j'ai contesté pendant de nombreuses années, mais qui au final c'est avéré payant, car même si personnellement, vocalement il ne me plaisait pas, Brian c'est révélé comme l'homme de la situation, tout aussi professionnel, gentil et attachant que ne l'était Bon.

Des recherches récentes nous ont fait découvrir un autre remplaçant potentiel de Bon. Il s'agit de Buzz' Shearman, chanteur du groupe canadien MOXY, groupe pour lequel AC/DC ouvrit aux USA en juillet 1977 sur 3 dates (et qui compta en son sein le grand Tommy Bolin). Des problèmes récurrents de cordes vocales dès 1977, qui ne lui auraient pas permis de supporter les tournées incessantes du groupe, lui ont ôté toute chance...Il est mort en juin 1983, accident de moto.

Le groupe est toujours en activité.

Le mot de la fin lui revient donc dans cet hommage qu'il a rendu à son prédécesseur quelques temps après son arrivée au sein du groupe: "Je pense que Bon Scott avait du génie. Ça m'ennuie que personne ne s'en soit aperçu avant. Il avait de grandes paroles, avec de très belles phrases. Il y avait une petite distorsion dans tout ce qu'il disait. Personne ne s'en était aperçu à l'époque. Et bien sûr, quand il est mort, tout le monde s'est mis à crier au génie. C'était trop tard. C'est injuste. Je pense qu'il était intelligent, et aussi un chanteur hors pair. Il était génial."

Dossier réalisé par Ronny