Interviews & Articles

BACK IN BLACK - Critique de Thierry Chatain écrite en septembre 80

Voici retranscrite dans son intégralité la critique de “ Back in Black ”, telle qu ‘elle fut publiée dans le numéro N° 164 de septembre 80 de Rock & Folk. Elle est écrite par Thierry Chatain qui signera par la suite deux ouvrages consacrés au groupe, aux éditions Albin Michel.

J’y ai rajouté quelques notes lorsque l’auteur fait appel à des références qui peuvent demeurer obscures. Cependant, je n’ai pas souhaité y ajouter le moindre commentaire du fan que je suis (facile de juger l’évolution et la valeur des choses 22 ans après), souhaitant impérieusement lui laisser le charme et la subjectivité de l’époque. Le contexte particulier causé par la mort de Bon et l’arrivée de Brian se suffit à lui même pour lui donner un caractère marquant. La photo jointe illustrait la critique, elle est du génial Robert Ellis. Bonne lecture. Sydney76.

Cela commence par un tocsin, lugubre à souhait. La chanson s’appelle “ les cloches de l’Enfer ”, l’album “ de retour en noir ”, la pochette est riante comme un faire part de décès. “ Back in Black ” ressemble fort à un dernier hommage rendu par AC/DC à son chanteur défunt. La perte de Bon Scott a été lourde. Bon était un élément crucial d’AC/DC à bien des points de vue. Comme chanteur d’abord. Sa voix de gargouille grimaçante était immédiatement reconnaissable, accordée au diapason des guitares hurlantes des frères Young. Ce n’était sans doute pas techniquement ce qu’on peut appeler un grand vocaliste, mais quelle importance. Bon donnait tout ce qu’il avait, sans tricher, et c’est cela qui compte. Et Bon était aussi un personnage quasiment dickensien (1), haut en couleurs (pas seulement au niveau de ses légendaires tatouages). Sa vie a une allure de roman : immigré tout jeune en Australie, il a commencé sa carrière musicale en jouant de la cornemuse ( ! ! !) avant de devenir un chanteur de bubble-gum avec les Valentines, effectuant au passage un stage en prison causé par son tempérament de bagarreur. Bon a connu aussi une phase bizarre où il était devenu inséparable d’un boa constrictor qui le suivait partout comme un caniche. Et c’est en tant que chauffeur qu’il s’est joint à AC/DC en 1974, dont il est rapidement devenu le chanteur. Un “ misfit ” dirait Ray Davies (2). Bien qu’étant le plus âgé du groupe à 33 ans, il en était le membre le plus turbulent, celui à qui il arrivait de rater l’avion parce qu’il suivait une fille à l’escale, ou d’avaler cul-sec une bouteille d’after-shave confondue avec une bouteille de gin. Pour Bon Scott, les tournées incessantes d’AC/DC n’étaient pas une corvée, plutôt une fête ininterrompue. Bon dévalait l’autoroute de l’enfer pied au plancher, sur la voie rapide, jusqu’à ce jour de février où il a bêtement raté un virage. Death by misadventure (3)….

Le choc n’a pas manqué de choquer les survivants. La perte de son meilleur ami est une expérience douloureuse. Cependant AC/DC a pris la décision de continuer. C’est la règle d’or du spectacle : the show must go on. Les Who ne se sont pas séparés à la mort de Keith Moon, Canned Heat (4) a supporté le suicide d’Al Wilson, les exemples ne manquent pas. Les australiens se sont donc remis au travail immédiatement l’enterrement de Bon plutôt que de ressasser leur chagrin. Leur première tâche, trouver un chanteur, épreuve délicate pour les candidats comme pour les examinateurs. Après quelques hésitations (5), le choix s’est porté sur Brian Johnson, un anglais de Newcastle (bière brune et bastion heavy-métal), recommandé au groupe par un fan de Chicago. C’est un pro expérimenté qui connut son heure de gloire avec Geordie, combo populacier, imité de Slade, à l’époque du rock des paillettes et des plateform-boots (ne riez pas) (6). Il n’est pas sans rappeler Bon par son allure de pilier de pub sans prétention, une éternelle casquette plate vissée sur la tête selon les canons de la beauté, version Andy Capp (7). A 32 ans, c’est une chance inespérée pour lui de se retrouver de but en blanc chanteur d’un des groupes les plus populaires du moment.

Ce n’est pas sans pincement au cœur que j’ai abordé l’écoute de “ Back in Black ”. Etait-il possible de retrouver l’AC/DC de toujours, l’urgence de “ High Voltage ”, “ TNT ” et “ Dirty Deeds Done Dirt Cheap ”, l’éclatement de “ Let there be Rock ” et de “ Powerage ”, la folie de “ If you want Blood ”, la maturité de “ Highway to Hell ”. Oui, dans l’ensemble. Les quatre instrumentistes ont assuré la pérennité du son si caractéristique qui a fait leur gloire. Ils n’ont pas profité de la mort de Bon pour tenter d’explorer de nouvelles directions. “Ils se “ contentent ” de ce qu’ils savent faire le mieux, jouer du hard rock tonitruant en véritable machine à laminer le métal. Le soleil de Nassau, Bahamas, où a été enregistré cet album, n’a pas ramolli AC/DC, il l’a chauffé à Blanc. La basse de Cliff Williams et la batterie de Phil Rudd ne sont pas des modèles de virtuosité, de finesse ou d’imagination, mais elles poussent sans répit, d’une main de fer sans gant de velours, on ne leur en demande pas plus.

Le reste, c’est aux guitares de l’assurer. Et elles ne s’en privent pas. Malcolm Young, surnommé le “ riffmaker ”, porte bien sur surnom : il ne laisse pas tomber la tension une minute, toujours prêt à relancer son feu follet de frangin, à le pousser dans ses derniers retranchements. Angus, justement, est égal à lui même, l’écolier malicieux qui met le feu aux poudres à coups de guitare incandescente comme il jetterait des pétards dans le bureau du surgé (8). C’est l’AC/DC habituel.

Ce qui l’est moins, c’est que l’on sent à travers BIB une gravité nouvelle, plus de rigueur. Les circonstances ont provoqué un resserrement dans le groupe, lui ont donné plus de cohésion encore. Angus reste plus souvent noyé dans le mixage, comme s’il trouvait indécent de se projeter en avant.

Trois chansons au moins sont du AC/DC typique, “ Shoot to Thrill ”, “ What do you do for money Honey ” et “ Given the dog a Bone ”, toutes situées sur la première face en un crescendo vertigineux, rocks teigneux et dévastateurs comme un troupeau de bulldozers emballés. “ Have a drink on me ” tire plus sur le boogie texan à la ZZ Top. AC/DC se montre aussi à son avantage sur des titres plus lents, fait rarissime pour un groupe de hard. “ Hells Bells ” instaure une ambiance mélancolique par ses arpèges de guitare, épitaphe de rigueur pour Bon Scott. “ Rock’n roll Pollution ” est l’habituelle incursion bluesy de fin d’album, bien juteuse, un peu lasse. Ce qui laisse deux morceaux ratés, “ >>Let me put my love into you ” et “ You shook me all night Long ”, plus proches de la rengaine éculée que d’hymnes tels “ Highway to Hell ” et “ Touch too Much ”. Ah, et j’allais oublier le meilleur, “ Back in Black ” le morceau, et “ Shake a Leg ”, ont tout pour devenir à AC/DC ce que “ Black Dog ” et “ Rock and Roll ” sont à Led Zeppelin. Angus et Malcolm y multiplient les riffs en découvrant le coup du double démarrage, arrivés à mi-course.

J’ai gardé Brian Johnson pour la fin parce que sa contribution à Bib reste limitée. Pour l’instant, il se cantonne trop à l’imitation de Bon Scott, c’est le principal reproche que l’on puisse lui adresser. Je m’empresse d’ajouter qu’il ne suffit pas à gâcher l’album. En fait, il est doué d’une voix proche de Bob Seger, mais il manque de personnalité. Cela viendra peut être avec le temps, Brian n’ayant eu que quelques jours pour essayer de s’intégrer au groupe avant d’entrer en studio. Wait and see. BIB n’est pas le meilleur album d’AC/Dc mais il rassure néanmoins sur l’avenir du groupe. Vu les circonstances, on pouvait craindre bien pire. Reste à savoir si Brian réussira à remplacer correctement son prédécesseur sur scène et à se faire accepter dans le cœur des fans. La réponse devrait être connue d’ici la fin de l’année. AC/DC new look a déjà repris la route aux USA et atteindra l’Europe à l’automne.


(1) de Charles Dickens (1812-1870), écrivain anglais. Il manifesta son habilité à "portraiturer" les originaux, les excentriques, à leur inventer un langage où le choc des mots côtoie la poésie de l'incongru..

(2) on pourrait traduire “ misfit ” par inadapté social. Membre fondateur, avec son frère Dave, du groupe anglais the KINKS. On citera très partiellement le hit “ You Really Got Me ”, repris par Van Halen.

(3) “ mort par malchance ”. Bon, étouffé par ses vomissures, partage avec Jimmy Hendrix ces quelques mots annotés sur son certificat de décès…

(4) Keith Moon, batteur génial des Who est mort le 7 septembre 78 à Londres. Canned Heat, groupe de boogie-blues rock psychédélique américain, hit planétaire “ On the road again ”, chanté par Al Wilson, disparu en 1970.

(5) Avant que Brian ne soit définitivement engagé, les noms de Stevie Wright (Ex-Easybeats, chanteur du groupe de Georges Yound et Harry Vanda), Alan Fryer, Gary Holton (Ex-Heavy Metal Kids) and Terry Slesser (Ex-Back Street Crawler et futur… Geordie) furent évoqués.

(6) Allusion au mouvement Glam Rock, outrancier, incarné par Bowie, T-Rex, Kiss, Roxy Music, Gary Glitter, et Slade (hits “ Mama Mama Weer All Crazee Now et Cum On Feel The Noize ” repris par Quiet Riot)

(7) Allusion au héros de BD, affublé de sa casquette éternelle.
Voir http://sanmartin.chez.tiscali.fr/herosbd/a/andycapp.htm

(8) Surveillant général, on est en 1980…

Retour