Interviews & Articles

Bon Scott : le père spirituel d’AC/DC



Un type simple et chaleureux :

Chateaubriand déclarait qu’il est deux façons de quitter un ami, sa propre mort et la notre. L’Histoire, celle qui s’écrit tant avec un « H » majuscule que minuscule est peuplée de héros en tous genres. Si nous nous permettons ce parallèle, c’est tout simplement parce que Bon Scott était tout simplement une bête de scène, devenu, malgré lui, une icône appartenant, non seulement à la Grande Histoire de la Musique, et du Rock en particulier, mais également, comme l’affirment de nombreux témoignages de personnes l’ayant côtoyé, ce type, pas fier pour deux sous, n’hésitant pas à être proche de son public, ignorant purement et simplement le contexte de la Rock Star et ses barrières, tant au sens propre que figuré. Preuve en sont, ces déclarations (parmi tant d’autres) : celle du journaliste Dave Lewis : « Si à la sortie d’un concert exubérant, il y avait une baston, tu peux être sûr que Bon n’était pas loin, mais quoiqu’il en soit, il ne se reposait pas sur son statut de rock star. Il prenait toujours du plaisir à saluer les fans, faire la fête avec eux et signer des autographes. », ou bien encore celle d’Angus soulignant que Bon « se faisait des amis partout, à chaque fois qu’AC/DC partait en tournée, et il restait en contact avec eux. Plusieurs semaines avant Noël par exemple, il était déjà entrain de remplir des cartes de vœux. Il écrivait à tout le monde pour les tenir informés. Même à ses ennemis je pense. » De même cette déclaration de Klaus Meine, chanteur de Scorpions, se remémorant un festival commun, souligne le caractère simpliste de Bon : « Je m’en souviens comme si c’était hier. C’était pendant une tournée US en 1979 ou Ted Nugent était tête d’affiche, avec AC/DC en invité et Scorpions en première partie. Le lendemain de notre premier concert à Fort Wayne, dans l’Indiana, je suis descendu m’asseoir au bar de l’hôtel. Bon Scott y était déjà attablé, non loin de moi. Lorsqu’il m’aperçu, il est venu me rejoindre sans faire de manières et a entamé la conversation. Cette première rencontre a été le début d’une longue amitié et d’une grande tournée. Ce qui m’a le plus marqué en cette fameuse matinée, c’est cette manière désinvolte et sans façons qu’a eu Bon en venant me retrouver. A cent lieues de la rock-star qui s’en branle du petit groupe de première partie, allemand et inconnu par-dessus le marché ».

Ce dossier, aussi modeste soit-il, se propose non pas de donner des révélations inédites sur la carrière de Bon Scott, mais tout simplement de retracer un parcours hors norme, ayant eu pour finalité de placer AC/DC au rang de ce que l’on appelle les Monstres du Panthéon. Que l’on ne se méprenne pas, il ne s’agit ici en aucun cas d’effacer la lourde tâche qui a incombé à Brian Johnson lors de son arrivée au sein du groupe en avril 1980, mais tout simplement de souligner la personnalité de Bon. D’ailleurs, pour éviter tout malentendu, que l’on songe ici aux propos de Brian déclarant sa totale compréhension quant au fait que les gens soient toujours fascinés par son personnage. « Il représentait une part importante du mythe AC/DC, et ça ne me dérange pas plus que ça. Les autres en parlent souvent, presque comme si il vivait encore. Je crois que dans un autre groupe, ça ne serait pas possible ».

Enfin, notre propos ne se veut nullement d’être une quelconque critique discographique vantant tel ou tel album. Le lecteur sera suffisamment intelligent pour apprécier l’œuvre d’AC/DC de 1975 à 1979 sans que pour autant nous dirigions son choix musical.


Comme si c’était écrit…………

C’est dans le comté de L’Angus, (ça ne s’invente pas !) à Kirriemuir, en Ecosse que Ronald Belford Scott voit le jour le 09 juillet 1946. Au début des années 1950, un peu avant la Young Connection, la famille Scott quitte son Ecosse natale pour l’Australie dans l’optique d’une vie meilleure, et l’on peut aisément imaginer qu’il n’est pas évident pour un gamin de six ans de s’intégrer à d’autres gosses qui se foutent de ton accent écossais, au point de te surnommer « Bonnie Scott ».(1) Bon quittera l’école très tôt, ayant le choix d’une activité professionnelle entre facteur et boulanger comme son grand-père. Il optera pour la seconde solution. Cependant, ce sera à Fremantle, dans la fanfare de son père qu’il effectuera ses premiers pas artistiques par le jeu du tambour. Rien n’étant innocent, le passage du tambour à la batterie s’effectuera très tôt et Bon montrera des capacités évidentes pour cet instrument, au point d’obtenir pas moins de six diplômes et un titre de champion dans la catégorie des moins de dix sept ans. Ecumant diverses formations, il intègre les Spektors en 1966, puis les Valentines où il abandonne les fûts pour prendre le micro. Le hasard, décidant encore et toujours de se mêler de l’Histoire, fera en sorte que les Valentines, groupe pop ultra branché, assurent la première partie des Easybeats, groupe dans lequel évolue un certain George Young, (ça ne s’invente toujours pas !). Début 1971, on retrouve Bon à la tête de Fraternity, où il joue de la flûte et de l’harmonica. Le destin ayant réellement décidé d’avoir son mot à dire dans l’Histoire, fera en sorte que, en tournée en Angleterre, Fraternity assurera la première partie d’un groupe nommé Geordie ayant comme chanteur un certain Brian Johnson (non, là encore, ça ne s’invente pas !). Victime d’un accident de moto le laissant temporairement dans le coma, Bon quitte le groupe en 1973, il s’installe à Adélaïde et devient peintre sur un chantier naval. Notons qu’à l’époque, à la grande frayeur des habitants de la ville, son meilleur ami est un boa constrictor qu’il promène, enroulé autour de son cou, dans les rues de la ville. Quelques temps plus tard, il décroche un job de chauffeur qui va changer radicalement non seulement le cours de sa vie, mais également le destin d’un groupe presque inconnu, et cherchant encore tant son image de marque que son empreinte musicale.


La rencontre :

31 décembre 1973, AC/DC donne son tout premier concert au Chequers de Sydney. Après avoir écumé individuellement diverses formations, Angus et Malcolm Young se décident à unir leurs forces pour monter leur propre groupe, et pour l’occasion ils recrutent Dave Evans comme chanteur. De même, ayant donné fin aux Easybeats, George Young et son compère Harry Vanda se lancent dans la production, travaillant pour Albert Production. La relation familiale aidant, AC/DC se verra l’opportunité d’enregistrer un premier single constitué des titres Rockin’ in the parlour et Can I sit next to you girl. Single qui remportera un succès d’estime et qui entraînera le groupe dans une petite tournée australienne. C’est à cette époque que Bon Scott va devenir le chauffeur du groupe, conduisant celui-ci de club en club. On a beaucoup écrit sur cet épisode de la carrière d’AC/DC, aussi, il serait plus judicieux de laisser Angus préciser les raisons qui les ont poussé, Malcolm et lui, a engagé Bon comme chanteur. « La première fois où on a vu Bon, il s’est pointé dans une grosse voiture américaine d’où on ne voyait dépasser que sa tête. Il nous a emmené à l’endroit où l’on devait jouer et en cours de route, il nous a lâché qu’il portait les sous-vêtements de sa nana. De plus, il roulait comme un malade et j’ai bien cru que nous allions mourir plus d’une fois. Un peu plus tard, il nous a conseillé de virer notre chanteur. Avec Malcolm, on se doutait que Bon pourrait faire l’affaire. On a viré notre chanteur et engagé Bon le jour même. Pour le concert du soir, on a juste décidé des morceaux que l’on pourrait jouer, on n’a même pas répété. Et puis, juste avant de monter sur scène, Bon a descendu une bouteille de Bourbon et s’est enfilé une paire de dopes et a déclaré « Je suis prêt ! ». C’est tout juste s’il pouvait tenir debout et marcher, alors pour ce qui était de chanter, c’était impensable. » Et Malcolm d’ajouter « Mais il l’a fait ! On se doutait qu’il pouvait avoir une voix rock, mais on ne l’avait jamais entendu chanter ! Tout de suite, ça s’est fait ! Il était là ! ». Ajoutons à ces propos ceux de George Young, qui revenant d’une tournée apprend que ses petits frères ont décidé de changer de chanteurs. « Au début, j’ai cru qu’ils étaient fous ! Et puis, j’ai vu Bon, il avait des tatouages, portait une dent de requin en guise de boucle d’oreille. Je l’ai entendu chanter et là j’ai dit à Malcolm que dorénavant ils formaient un vrai groupe et que Bon était le chanteur qu’il leur fallait ». Il est vrai que l’arrivée de Bon a profondément modifié l’image d’AC/DC. Là où le groupe se proposait comme une formation se cherchant, attifé d’un chanteur à paillettes, Bon, de par sa personnalité, a donné une image plus dure au rock d’AC/DC. Une image plus dure, mais également une complémentarité à la personnalité d’Angus. En effet, il y avait à présent cette dualité entre le collégien sorti tout droit de l’école et le marlou tatoué dont l’attitude laissait deviner que l’on n’avait pas affaire à un enfant de chœur. Justement, avec AC/DC, Bon a sans aucun doute réussi à extérioriser et mettre à profit un passé parfois houleux. Agé de 28 ans lorsqu’il intègre le groupe, il a déjà fait de la prison, connu diverses expériences musicales, bref, pas mal bourlingué, et cette expérience, sans que l’on s’en rende réellement compte, a sans aucun doute évité pas mal d’erreurs au groupe. Bon avait l’expérience des tournées, l’expérience de la scène, l’expérience de la vie, sachant pertinemment qu’il ne fallait pas user d’artifices, mais mettre en avant l’énergie du groupe pour donner un maximum de sincérité à la musique d’AC/DC. Les propos de Malcolm attestent en ce sens : « Son intuition était sans faille et sans lui, AC/DC courait à sa perte ». On pourrait alors poser la question de l’uniforme d’écolier d’Angus et de sa valeur artificielle, puisque nullement musicale. Notre propos n’est pas ici de relater la genèse du port de ce costume, mais si l’on se réfère aux propos de Bon, tirés d’une interview du film Let There Be Rock (The Movie), alors, on constate que cet accoutrement de collégien l’a tout de suiteséduit lorsqu’il a vu le groupe pour la première fois, car, se démarquant des clichés du rock existant alors. Nous ne pourrons jamais dire si ce qui est devenu le leitmotiv d’AC/DC a joué dans la balance pour que Bon intègre le groupe, mais une chose est sûre, ça ne l’a pas laissé indifférent.


Enfin, une vraie image de groupe !

L’arrivée de Bon au sein d’AC/DC va aussi changer la relation du groupe vis-à-vis du public. En effet, le gaillard est doté d’un tel charisme, que le public, et notamment la gente féminine ne s’y trompe pas ! Là-dessus, on ajoute la simplicité naturelle du bonhomme est la machine est lancée. Cependant, Bon n’a jamais usé de son aura pour s’accaparer le groupe et en faire un prétexte à développer son image. Bien au contraire, non seulement d’être chanteur, il était le chanteur d’AC/DC. Entendons en ce sens qu’il ne s’est jamais servi de sa notoriété grandissante pour asseoir un quelconque ego démesuré reléguant les autres membres du groupe au travail de l’ombre. Mais Bon est aussi habité d’un caractère « tête brûlée » frôlant parfois l’insouciance. Que l’on songe aux propos de Mark Evans, bassiste du groupe de 1975 à 1977, se souvenant d’un pari stupide. «Quelqu’un en plein hiver lui avait parié cinq dollars qu’il n’était pas capable de plonger dans la piscine découverte d’un hôtel de Melbourne. Bon a faitt grimper les enchères jusqu’à 10 dollars, est monté dans sa chambre, au troisième étage, et a plongé du balcon. Puis, il est ressorti de la piscine, le sourire aux lèvres, et a tranquillement demandé son pognon. » Concernant cette même anecdote, ajoutons les propos d’Angus qui voyant Bon jouer avec le danger, interrogeait Malcolm sur l’attitude du chanteur. Et Malcolm de répondre, sereinement : « T’inquiète pas ! Il sait ce qu’il fait ! » Effectivement, le gaillard savait ce qu’il faisait, puisque ayant une expérience de la plongée héritée de son passé de pêcheur de perles.

Cependant, il ne faut pas tomber dans la méprise, même si doté d’une inconscience prononcée, Bon n’en demeurait pas moins un foudre de travail, passionné et doublé d’un professionnalisme à toutes épreuves. Grand bosseur ultra perfectionniste en matière de musique, il bossait jour et nuit, apprenant les morceaux rapidement et se donnant à 200% sur scène. Justement, la scène était l’un des terrains de guerre favoris de Bon, et pour rien au monde il n’aurait prétexté quoique ce soit qui puisse annuler ou rendre moyenne une prestation du groupe. Que l’on songe ici au concert donné au Théâtre de Verdure de Nice le 15 décembre 1979. La veille du gig, lors d’une soirée bien arrosée, un roadie se laisse tomber de tout son poids sur Bon, juste pour le fun. Malheureusement, sous l’impact du choc, certaines de ses côtes se sont brisées. Le lendemain matin, donc, jour du concert, Bon pouvait à peine respirer et parlait avec difficulté. Un médecin lui a fait une piqûre et prescrit des médicaments, et l’interdisant de boire la moindre goutte d’alcool. Ce qui ne l’empêchera pas de commander un whisky coca dans la foulée. Le soir, dans les loges du Théâtre de Verdure de Nice, quelques vingt minutes avant de monter sur scène, Bon se tenait les côtes, gémissant de douleurs. Pourtant lorsque le show a commencé, il s’est jeté dans l’arène, comme si de rien n’était. Il souffrait le martyre, mais en aucun cas il ne voulait que les fans ne se doutent de quoi que ce soit. Certes, il suffit de réécouter ce concert pour se rendre compte que Bon n’est pas au top de sa forme ce soir là. Walk all over you le voit inhabituellement adopter sur certains passages une tonalité plus grave, mais quoiqu’il en soit, il était pour lui hors de question d’abandonner non seulement le groupe, mais également le public.

Février 1980 :

Nous ne révélerons aucun scoop en précisant que Bon avait un penchant très prononcé pour l’alcool. A chacun de faire son jugement et de considérer la chose comme un alcoolisme chronique ou modéré. Toujours est-il que cette attitude à la consommation excessive de boisson n’en n’est pas moins révélatrice d’une solitude intérieure. Bon était seul et recherchait de la compagnie pour justement ne pas être seul. Il confiait au photographe Robert Ellis qu’il admirait l’unité de sa famille et son désir de trouver un moyen de se lier plus étroitement. Bon a eu de nombreuses conquêtes féminines, et toutes semblent avoir ce même avis : à savoir que le personnage était en recherche d’une relation profonde et durable. Hélas, Bon a vécu cette solitude en la noyant dans l’alcool. « L’homme était juste et bon. Doué de la sagesse. Dégaine non chalande, juste un air solitaire » (2)

Beaucoup de choses on était écrites sur cette fameuse nuit du 19 février 1980, là encore, nous ne pouvons prétendre à des révélations inédites, mais il convient tout de même de resituer certaines données. Mercredi 20 février 1980, Alistair Kinnear, habitant au numéro 67 d’Overhill Road, dans le quartier de Dulwish à Londres, se réveille en fin d’après-midi. La nuit précédente, il était en compagnie de Bon, dont les excès en matière d’ingurgitation de bibine avaient été de la partie. Alistair sort de son appartement pour s’assurer que son camarade de virée va bien. En effet, au sortir du Club où lui et Bon ont fait la fête, ce dernier s’est affalé sur la banquette arrière de sa voiture Renault 5, et une fois rendu devant chez lui, cet Alistair, vu son état d’ébriété avancé, s’est vu dans l’incapacité d’extraire Bon de la voiture. Peu importe, il sait que le gaillard est coutumier de la situation, Alistair dépose une couverture sur le chanteur, et ne se fait aucun souci. Il se réveillera plus tard, frais comme un gardon. Hélas, lorsque en fin d’après-midi, Alistair tente de réveiller Bon, celui-ci ne réagit pas. Conduit au King’s College Hospital, Ronald Belford Scott sera déclaré mort le 20 février 1980 après s’être étouffé avec son propre vomi.

Nous pouvons émettre quelques réserves quant à la crédibilité de cette version. Sans tomber dans le sensationnalisme, soulignons que Bon avait prouvé qu’il était capable d’ingurgiter des litres d’alcool sans pour autant tomber systématiquement dans un coma. De plus, l’enquête révélera que cet Alistair Kinnear était un vendeur d’héroïne notoire. Enfin, à cette époque, Bon fréquentait les membres du groupe UFO, très grands consommateurs de drogues dures. Hors, le soir précédent sa mort, Bon a rencontré, backstage, les membres de ce groupe, notamment Phil Mogg le chanteur et Pete Way le bassiste, de plus, il s’est plus ou moins lié d’amitiés avec l’un de leurs fournisseurs en matière d’héroïne. Pete way se souvient que ce soir là, backstage avec UFO, « Bon a beaucoup bu, d’ailleurs, on a tous énormément bu et on s’est défoncé. Dans la folie de cette soirée, il n’est pas impossible que Bon ai consommé de l’héroïne ». Qui plus est, à en juger par les témoignages des musiciens de ce groupe, certains membres ont été informés de la mort de Bon avant qu’Alistair ne découvre son corps inanimé, gisant dans la voiture.En effet, très tôt dans la matinée, Paul Chapman, guitariste d’UFO, a téléphoné à Pete Way pour lui apprendre la mort de Bon, et obtenir le numéro de téléphone d’Angus pour lui annoncer la nouvelle.hors le corps du chanteur d’AC/DC ne sera découvert par Alistair qu’en toute fin de d’après-midi, vers 19h45 ! Tout est donc possible, et la vérité ne sera jamais sans doute révélée, si ce n’est que l’on peut aisément deviner que le mélange possible : alcool + drogue, associé à une nuit glaciale a eu raison du chanteur d’AC/DC !

Quoiqu’il en soit, Bon est sans aucun doute parti avec son secret, LE secret de sa disparition. Pour les membres d’AC/DC, c’est la perte non seulement d’un ami, d’un frère, mais également d’un musicien hors pair. Disparition d’un type ayant épaté l’un des guitaristes du groupe The Angels lorsque lors d’une tournée commune des débuts des deux groupes, celui-ci voyait Bon réécrire chaque soir les paroles de The Jack avec une facilité déconcertante. Disparition d’un front man hors pair, doté d’une voix hors du commun et étant considéré par certains de ses fans comme un Dieu ! Preuve en est que lors des premiers concerts d’AC/DC avec Brian Johnson, un kid s’est présenté devant Jonna, exhibant un tatouage représentant un portrait de Bon, et déclarant « Ce type était mon idole, maintenant, il est mort. Je te souhaite bonne chance ! ».

Enfin, laissons le mot de la fin à Bernie Bonvoin, chanteur de Trust pour qui « Les gens qui n’ont pas vu AC/DC sur scène avec Bon Scott, n’ont jamais vraiment vu AC/DC. Du jour où Bon Scott est mort, la magie vis-à-vis de ce groupe est partie. » (2)


(1) Référence à une chanson populaire écossaise qui, ici, au vu du contexte est plutôt gage de moqueries.

(2) Bernie Bonvoisin, Ton dernier acte, extrait de l’album Marche ou Crève.

(3) Nous ne saurions trop conseiller le lecteur à consulter les diverses interviews présentes sur le site afin d’avoir une vue d’ensemble plus prononcée de la carrière de Bon.


EirKa, 1er janvier 2006

Retour