Interviews & Articles

Malcolm Young (Hard Rock Magazine, Juillet 2003)

C'était marrant de vous voir hier dans une petite salle.
Oui on s'en est fait quelques unes

Mais c'était il y a longtemps non ?
On en a fait quelques unes en Allemagne pendant la tournée des Stones. On a fait deux petites salles à Berlin et à Munich, c'était la première fois qu'on revenait à ça. Ca fait du bien, le son est lourd, gras et la sueur est là, comme au commencement !

Est-ce que cela signifie que vous cassez votre routine 'album-tournee mondiale-repos' ?
On est entre deux albums en ce moment, on a trouvé que c'était une bonne idée de changer un peu la routine. Juste question de changer un peu.

Je sais que le Roskilde Festival a éssayé de vous embaucher à de multiples reprises pendant toutes ces années, vous avez toujours refusé à cause de ce rythme auquel vous vous atteliez. Cela veut dire qu'il y a du changement ?
Possible, vous savez, des fois les choses vont très vite. On vient vers vous, on vous propose des choses et vous vous dites ok, ça parait intéressant, allons-y. Mais vous savez, quand vous être en train de vous régaler en studio, c'est vraiment pas la meilleure chose à faire que d'aller faire un concert. Mais pour cette fois, on avait juste envie de faire différemment. On a vraiment aimé jouer pendant l'été, et si on a l'opportunité, on le refera. L'Angleterre est toujours un peu à la traine en rock...les radios sont à chier.

Mais l'ambiance était bonne hier non? en général quand on débarque à Londres, les gens sont un peu.."on a tout vu, on a tout fait"?
Oui, on a joué en Allemagne et pas en Angleterre...et je crois que les gens ont été un peu vexés. Comme ça..ca va mieux.

Combien de temps vous avez répété avant un tour?
Là, ça nous a pris un jour. On a décidé de la setlist, et puis voilà. Brian a abîmé sa voix deux jours avant le concert. Il avait la grippe.. Il allait vraiment pas bien et ne pouvait même pas parler. On a continué à espérer jusqu'au dernier moment pour ne pas annuler. Et le lendemain ça allait mieux. On aurait pu jouer un peu plus hier mais à cause de Brian, on a abrégé. On aurait aimé jouer deux heures et prolonger le show mais il commençait vraiment à avoir mal, et ça se voyait.

Vous êtes vraiment précis, votre rythmique est ce qui se fait de mieux encore actuellement
Quand vous montez un groupe, ce que vous voulez tout d'abord, c'est une section rythmique solide et une fois que vous l'avez… vous passez aux autres musiciens. C'est pas une évolution, soit vous l'avez dès le départ, soit vous l'avez pas. Alors on a cherché des gars qui auraient cette précision tout le temps. Des gars avec les mêmes influences que nous. Tout le monde se connaît par coeur sur scène, on est comme des frères.

J'étais dans un magasin de musique hier, et j'ai encore trouvé les ACDC dans la section métal en me demandant encore pourquoi vous étiez rangé là dedans.
C'est l'Angleterre...les gens sont bizarres... ils aiment les Spice Girls et David Beckham vous voyez ce que je veux dire? C'est leur pop music, du coup, ils pensent que nous sommes un groupe de métal… ils comprendront jamais. Les fans eux savent, et c'est ce qui importe. On passe très peu à la radio et à la télé, c'est le bouche à oreille qui a emmené les gens voir ACDC en angleterre. Ils sont encore dans les 60s en train de chercher les nouveaux Beatles mais ils les retrouveront jamais. Ils ne le méritent pas d'ailleurs. Ils ne méritent pas un autre Beatles.

Je pensais que ça pouvait venir du fait de votre image de bad boys à mauvais comportement que vous aviez été étiquetés comme 'heavy metal'. Mais cette image colle-t-elle vraiment..?
Non, plus maintenant. On se doit de rester en forme de toute façon. Avec l'énergie que demande le groupe en plus...on veut pas finir comme Ozzy. On veut pas ressembler à ça. On veut être perçus comme résistants et en bonne santé. Ca fait 30 ans qu'on rabbache qu'on est un groupe de rock, mais c'est jamais bien relaté dans les articles. Ils veulent nous classer dans une catégorie actuelle, alors on voit ACDC et Heavy Metal dans les gros titres..

et il peut être difficile de s'arracher à cette image non ?
Au début, notre maison de disque nous avait collé l'image d'un groupe punk ce qui ne nous a pas arrangé les choses… on est pas un groupe punk, on se balade pas avec des épingles à nourrisse. N'importe qui qui connait le rock'n'roll sait ce que nous sommes, les fans savent.

On dirait que vous n'avez jamais changé.

Parmi les gars du groupe, pas un venait d'un milieu social moyen. On a tous quitté l'école à quinze ans, sans connaître grand chose, notre idée, c'était de vivre de la musique. On voulait pas aller au boulot tous les jours, on voulait juste jouer de la guitare et on est arrivé à ça. On avait aucune ambition de déchainer les foules, on voulait juste rentrer 50 dollars par semaine question de ne pas avoir à travailler. Mais quand tu vois que ça commence à bien se passer… tu commences à te dire que tu peux composer des chansons et à les jouer sur scène. Jouer sur scène c'est ce qui nous est arrivé de mieux, parfois devant 15 personnes, parfois devant 100. On jouait dans les pubs de Sydney, parce que les patrons de bars voulait de la musique pour ramener le plus de monde et vendre plus d'alcool. On faisait même exprès de jouer quelques Stones ou Chuck Berry pour que les gens se déchainent et pour que les patrons, satisfaits, nous demandent de revenir la semaine suivante. On s'est adapté à ça, c'était notre 'école de la vie'. On a encore cette mentalité, on regarde la foule, et on veut qu'elle bouge. S'ils sont juste là à attendre, y'a un problème. Les gens payent pour avoir du plaisir, de la distraction, et on se doit de leur donner.

Certains groupes venant de la classe ouvrière ont un peu pété les plombs avec l'argent, à tout flamber...vous avez pas l'air d'avoir beaucoup changé.
&L'argent ne nous a jamais fait tourner la tête. C'est bien de pouvoir se payer une moto, une voiture… mais ca ne nous fait rien. Ca fait 35 ans que j'ai ma voiture et si je la perdais, ca serait comme si ma maison brulaît, ou pire. C'est bien de pouvoir se payer quelques guitares ou des choses comme ça...mais vraiment… on n'est pas des rock stars.

Vous vivez où en ce moment ?
Je vis à Sydney et j'ai un pied à terre à Londres où je viens parfois. On est de retour à Sydney, où tout a commencé...

Vous avez une famille ?
Oui, et deux enfants qui grandissent

Qu'est ce que vous écoutez de récent ? vous achetez des albums ?
Non, pas vraiment. J'achète un tas de DVD. New York est très bien pour ça d'ailleurs. En gros, j'achète de la vieille musique, les influences du passé. En dehors de ça, y'a pas grand chose qui m'intéresse. La pop music, le heavy metal..non..ca nous branche pas en général. Quand on rentre chez nous, on met Muddy Waters, ou John Lee Hooker. Ca me viendrait jamais à l'esprit d'écouter du métal, y'a pas de feeling, ça sonne comme du bruit pour moi.

 

Retour