Interviews

David Corio Interview (Mars 2011) pour H2ACDC.COM

david_corio.jpg

David Corio est né à Londres en 1960. Il a commencé sa carrière professionnelle en 1978 en prenant des photos pour le "New Musical Express" puis pour "The Face", "Time Out" et "Black Echoes", se frottant à un grand nombre de styles de musique différents. Après une courte expérience comme journaliste pour le "City Limits", il est devenu photographe indépendant pour le "Daily Telegraph", "The Times", "Q", "Theatre Royal Stratford" et "Greensleeves Records" pour ne citer qu'eux.

- Comment avez-vous débuté votre carrière de photographe ?

J'ai pris des cours du soir quand j'avais 15 ans et j'ai intégré le lycée d'Arts de Gloucester quand j'avais 16 ans. J'y ai étudié la photographie pendant deux ans, de 1976 à 1978. J'ai ensuite commencé à travailler dans un laboratoire industriel de photographie où j'ai appris le développement des photos et l'impression en grand format.

- Vous avez débuté principalement en tant que photographe de concerts. Quels sont vos souvenirs de cette époque là? A quel moment avez-vous réalisé que c'était vraiment votre truc ?

En 1978, je travaillais encore au laboratoire photo et c'était situé à l'ouest de Londres, là où tous les magazines de musiques avaient leurs locaux. J'ai commencé à aller aux concerts, prendre des photos et je rentrais à toute vitesse chez moi pour les développer dans ma salle de bain et les déposer dans les boites aux lettres des magazines très tôt avant d'aller bosser. Après 3 ou 4 mois, les NME a commencé à m'appeler régulièrement et à me donner des petits jobs. Des concerts à couvrir. L'un des tous premiers fut AC/DC à l'Hammersmith Odeon.

J'étais encore en phase d'apprentissage de la photo de concert. Je dirais que tout ça était très empirique jusqu'en 1980, année où j'ai photographié Bob Marley. Il était très difficile à photographier car il bougeait tout le temps la tête et ses dreadlocks lui cachaient le visage. Sans compter qu'il passait la majorité du concert les yeux fermés. Quand j'ai développé ces photos là, je me suis dis qu'elles étaient vraiment bien, et ca a vraiment booster ma confiance.

- Quelles sont les erreurs les plus fréquentes faites par les novices lorsqu'ils font des photos de concert? Quels seraient vos conseils ?

Pour commencer, cela semble évident.. mais il faut bien se placer. Beaucoup de gens pensent qu'au milieu, en face de la scène sera la meilleure place. Mais si la scène est un peu haute.. généralement, c'est mieux de côté. Si vous connaissez les côtés sur lesquels certains guitaristes ont l'habitude d'être, allez-y. Parfois, être un peu reculé s'avère judicieux, vous obtenez un angle plus large. Parfois, je ne déclenche pas souvent, mais je garde pratiquement tout le temps l'oeil dans l'objectif. Maintenant, avec les appareils numériques, les gens prennent des photos et se précipitent sur l'écran pour voir le rendu. Et dans ce laps de temps, ils manquent énormément de choses. Je garde toujours l'oeil dans l'objectif, et ne déclenche que quand je le sens. Je regarde tout ça, posément, après.

- De manière générale, en quoi la photographie Rock diffère-t-elle de la photographie en général?

Depuis pas mal de temps maintenant, les agences de communication ou les maisons de disque n'autorisent les photographes à prendre des photos que pendant 3 chansons et après… vous êtes mis dehors. Je pense que c'est parce qu'ils veulent contrôler l'image de leurs artistes pour qu'ils n'apparaissent pas usés, transpirants et décoiffés. C'est un problème majeur car c'est généralement à la 4ème ou 5ème chanson qu'un artiste entre réellement dans son show.

- Comment avez-vous rencontré AC/DC ?Bon Scott (l) and Angus Young (r) of AC/DC at Hammersmith Odeon, London

Malheureusement, je ne les ai jamais rencontrés. Je les ai simplement photographié live (pendant l'intégralité du show par contre). J'étais mandaté par le NME pour les photographier au Hammersmith Odeon qui était la plus grande salle dans laquelle le groupe avait joué jusque là. C'est aujourd'hui le Hammersmith Apollo. Elle a une capacité d'environ 3500 personnes et c'est typiquement le genre de salles que les groupes aiment. Pas très grandes mais suffisamment pour qu'il y règne une ambiance de feu. Le son est toujours bon à l'Hammersmith mais je crois pas avoir vu un groupe jouer aussi fort qu'AC/DC. La salle était composée d'un espace central sous la scène, originellement destiné à abriter les orchestres. Ca m'a vraiment aidé pour le coup. Photographier Angus est un cauchemar. Il ne reste pas en place. Parfois, il était carrément plus simple de le suivre physiquement d'un côté à l'autre de la scène plutôt que d'essayer de le garder dans l'objectif. L'éclairage était bon, mais il était parfois même trop rapide pour les gars de la lumière qui avaient du mal à le garder dans le faisceau des projecteurs.

Comme il bouge énormément la tête de bas en haut également, c'est encore plus difficile de le prendre en photo avec la tête relevée. Vous avez intérêt à déclencher rapidement. J'avais accéléré mes réglages à 1600ISO pour contenir un peu l'action sinon c'aurait été trop flou. Je n'ai jamais utilisé l'autofocus ou l'exposition automatique. Ca n'aurait été qu'un problème de plus…

Je me souviens que la deuxième fois où je les ai shooté à l'Hammersmith, la musique était vraiment très forte et je me trouvais à côté des enceintes. Je me suis aperçu que claquer des dents ou mâcher du chewing gum aidait à supporter le volume (personne n'avait de bouchons dans les oreilles à cette époque). J'ai vu de mes yeux un fan saigner de l'oreille, son tympan avait explosé ! La seule fois où j'ai re-vécu ça, c'était à un concert de Ted Nugent, au même endroit.

- Parlez-nous un peu plus de ces fantastiques live de 1978 et de 1981 dont les photos sont visibles sur votre site ?

Probablement les premiers vrais concerts de rock auxquels j'assistais. J'ai grandi en écoutant le punk et le reggae alors ça m'a fait un choc…J'avais les cheveux courts et des jeans slips et tous les gars dans la foule avaient les cheveux longs et des blousons en cuir et ils connaissaient tous les paroles. C'était, déjà, des fans absolus. Ma première impression? "faites que ce guitariste arrête un peu de bouger".. pour être honnête. Bon Scott était très chouette à photographier, mais Angus était hors concours. Il avait l'air fou, dans son uniforme d'écolier et son sac en bandoulière à parcourir la scène de long en large. L'énergie dégagée était virale. Je me souviens avoir fini rincé, mais heureux. J'ai eu beaucoup de mal à trouver le sommeil la nuit suivante à cause de l'excitation et le fait que j'avais du pain sur la planche à développer tout ça. Normalement, je sortais 4 à 5 photos, mais j'ai pu en exploiter une douzaine pour ce show et j'étais vraiment très heureux du rendu. Avec seulement 2 pellicules ce qui est un taux de réussite impressionnant !

- Aviez-vous déjà entendu parler du groupe précédemment ?

Je savais seulement qu'ils venaient d'Australie (j'ignorais à cette époque qu'ils venaient d'Ecosse !). J'étais incapable de reconnaitre une de leur chanson à cette époque là.

- Vous vous rappelez quelle était votre première impression lorsque vous avez vu le groupe ?

Et bien.. je ne les ai pas rencontré personnellement, mais mes oreilles s'en sont souvenu pendant des jours

- Avez-vous senti immédiatement qu'AC/DC allaient devenir grand ?Angus Young of AC/DC performing at Hammersmith Odeon,London

Cela c'était pas dur à deviner.. Ils avaient déjà une base de fan très dévouée et leur seule présence sur scène était très spéciale. J'ai eu la chance de suivre U2 avant qu'ils aient pu signer un contrat chez une maison de disque. Ils jouaient dans des tous petits clubs mais avec cette même attitude, quelque chose de spécial, sur scène. Ils savent qu'ils sont spéciaux, qu'ils ont quelque chose en plus, mais ne sont pas arrogants. C'est comme regarder une équipe de foot sûre de sa force et de son talent. Ca combine à la perfection.

- Parlez-nous un peu de Bon Scott ?

Je n'ai jamais parlé avec lui donc je ne peux pas vraiment en parler. En tous cas, je peux vous dire qu'il avait un énorme charisme sur scène et une voix très puissante. La combinaison avec Angus marchait très bien. La guitare et la voix se mélangeaient bien.

- Et Angus ? quel guitariste, quelle personnalité !

Il fait partie de ces très rares guitaristes capables de jouer du lad et du solo à la fois. Tout ça en gesticulant partout, et en ne perdant jamais le fil. Impressionnant.

- Vous avez une réelle signature artistique. Est-ce un style inné ou quelque chose que vous avez recherché et développé pendant des années ?

C'est pas intentionnel. Pour le concert dont je parle plus haut, j'ai augmenté l'ISO ce qui a donné plus de grains et de contraste aux négatifs. J'ai toujours aimé les photos en noir et blanc comme celles de Bill Brandt, Eugene Smith our Irving Penn. J'imagine qu'ils m'ont inconsciemment influencé.

- Avez-vous déjà été dans une situation où vous avez ressenti une énorme frustration de ne pas avoir d'appareil photo sur vous ?Bon Scott (r) and Angus Young (l) of AC/DC at Hammersmith Odeon, London

Oh oui. C'est arrivé plusieurs fois malheureusement. J'ai vu Muddy Waters deux fois. La première, je n'avais pas de pass photo et la sécurité m'a confisqué mon matériel. La deuxième fois, j'avais pas d'appareil photo et me suis retrouvé pratiquement à 10 mètre de la scène… J'ai passé le concert à penser à toutes les photos que j'aurais pu prendre.

- Quels sont vos projets actuels?

Je prépare une grosse exposition sur mes photos punk et hippy hop en partenariat avec une autre photographe: Janette Beckman. L'exposition aura lieu à New-York à partir du 10 Mars 2012 et s'intitulera "Catch thé Beat" - les racines du Punk & Hip Hop - Photograhies de Janette Beckman et David Corio. Je travaille également sur un projet de livre basé sur mes photos de 1970 à 1980 appelé 'Memoirs From The Moshpit' qui regroupera environ 80 photos et leurs anecdotes.

- Quel est le souvenir le plus marquant de votre carrière de photographe ?

J'ai eu la chance de photographier James Brown mais j'ai du attendre 12 heures pour cela. Quand j'ai enfin pu accéder en backstage, il était assis avec des bigoudis rouges dans les cheveux. Tout le monde devait l'appeler Monsieur Brown et personne n'avait le droit de fumer ou de boire si lui ne le faisait pas. Il m'a dit que je pourrai prendre des photos après le concert et j'ai fait l'erreur de lui dire que cela prendrait une minute. Il l'a pris au pied de la lettre. J'ai été dégagé après qu'il ait décompté 60 secondes à sa montre. Bon, j'ai quand même réussi à prendre 2-3 bonnes photos..

- Quand êtes-vous passé au numérique? avez-vous été bluffé par la technologie ?

Non ! je ne suis pas fan du numérique mais je dois l'utiliser aujourd'hui pour des questions de rapidité. Je ne suis pas convaincu que ce soit mieux au final. C'est juste plus facile de travailler avec. Ca capture moins bien les ombres ou les lumières je trouve. Particulièrement quand il y a pas mal de contraste. Les éclairages en pâtissent. J'aime également imprimer moi même mes tirages. Et je peux mieux mettre ma griffe si je maitrise tout le processus de A à Z.

- Tout le monde, aujourd'hui, a un appareil photo numérique ou même un appareil photo avec son téléphone. Est-ce que ça a un impact sur le business de la photo?

Cela l'a tiré vers le bas. Tout le monde pense qu'il peut être photographe et la qualité des appareils photo intégrés aux téléphones est souvent assez pourrie… Mais les gens ont l'air de se soucier de moins en moins de la qualité des images. C'est triste.

- Dernière question: qui ne vous-êtes vous jamais lassé de photographier? et inversement..

Mes deux préférés ont disparu. Curtis Mayfield et Dennis Brown. Les deux plus gentilles personnes que j'ai pu photographier. Les plus difficiles? Ray Davies des Kinks et Nina Simone. J'adorais la musique des Kinks mais Ray Davies était incontrôlable. Il insistait pour que je lui montre toutes les photos une par une et exigeait d'effacer celles qui ne lui plaisaient pas. C'est quelqu'un de vraiment bizarre. Un jour j'ai imprimé une photo de Nina Simone que j'adorais pour la lui remettre en mains propres. Elle a jeté un oeil dessus, elle m'a dit qu'elle la détestait. J'ai longtemps eu du mal à pouvoir l'écouter après ça.

- Nous offrirez-vous une photo inédite d'AC/DC pour la communauté highwaytoacdc.com ?

Regardez mon site et dites moi s'il y en a qui vous plaisent particulièrement, et je vous en envoie quelques copies.

- Avez-vous un message pour highwaytoacdc.com et ses fans ?

Gardez la foi et continuez d'aimer la musique.

Bon Scott (l) and Angus Young (r) of AC/DC at Hammersmith Odeon, London

English version here

© H2ACDC.COM - 2002-2011. May not be reproduced without written permission of Highwaytoacdc.com, contact@highwaytoacdc.com