Interviews

Guido Karp pour le magazine METAL HAMMER (Avril 2009)


Pages associées

Transcription de l'interview de Guido Karp publiée en avril 2009 dans le magazine Métal Hammer :

- Comment as-tu connu le groupe AC/DC ?

À travers leur commerçant s’occupant des produits dérivés, Norman Perry juste avant la tournée "Stiff Upper Lip". Le groupe avait besoin de nouvelles photos pour leur programme à l'entrée, pour des T-Shirts etc.. Norman me connaissait déjà de la tournée des Stones - et comme j'avais fait du bon boulot...

- Quelle a été ta première impression vis à vis des musiciens ? - et est-ce qu'au fur et à mesure du temps tes impressions ont changées ou alors se sont-elles confirmées ?

AC/DC live - Oberhausen Arena (Germany) Black Ice Tour 2009 - image taken by the long-time band exclusive photographer Guido Karp, whose photos were already used in the album booklet and tour promotion.La porte était déjà entrouverte. J'ai déjà été nominé dans les années 80, Music Photographer Of The Year avec mes photos de AC/DC - et pour moi, je les avais gardé dans ma mémoire en tant que groupe très agréable. Et puis je ne suis pas la personne qui devient complètement hystérique en les voyant, qui reste assis pendant les poses et ne fait plus rien. Non, j'arrive, je fais mon truc, et j'attends que le groupe vienne me voir. Et c'est ainsi que j'ai de très bons rapports avec AC/DC.

- Comment caractériserais-tu les membres du groupe ?

Comme des "garçons" extrêmement terre à terre. Pendant la session du livret Black-Ice, la société de disques avait disposé un superbe gros buffet - mais nous avons mangé - par ailleurs c'était excellent - au Kebab en face des studios – nous étions cinq personnes et nous avons payé à peine 40 livres.

- Est-ce que tu donnes beaucoup d’ordres quand tu photographies AC/DC (pour des photos de promotions) ou bien ce sont eux qui te disent ce qu'ils aimeraient ?

La session a été extrêmement bien organisée. Le groupe est arrivé, je l’ai positionné et puis voilà j'ai photographié bang bang bang – et puis : pause cigarette. Je savais que chaque essai où j'essayerai d'être le meilleur et de me réaliser ne marcherait pas. C'est pourquoi, nous avons d'un commun accord, ensemble cherché cette location, dans laquelle je n'utiliserai pas aucun flash mais uniquement la lumière du jour et où je pourrai également me reposer sur mes réflecteurs Sunbouce - le groupe était enthousiasmé naturellement.

- Est-il difficile pour toi de donner de nouveaux paramètres au groupe, car ils sont déjà si longtemps dans le business ont une image de marque bien à eux - ou bien est-ce pour toi un véritable défi ?

Il y a eu de tout dans cette session avec AC/DC, mais elle n'a pas été difficile. Toutefois, la pression était forte - car je savais: le matériel devait suffire pour plus de 10.000 (!) publications, et que cette session serait pour longtemps la dernière. Finalement, c'est important que les artistes se sentent compris. Imagine, si j’étais allé avec eux dans une location techno- super chic, alors tout aurait été certainement beaucoup plus difficile. AC/DC sont des bêtes de la scène, ils passent vraiment à l'action pendant leur spectacle live, et puis il s'en passe des choses, ils en mettent plein la vue.

- Sais-tu comment va se dérouler le spectacle, afin que tu sois à la bonne place, au bon moment ?

Non, pas du tout. Je regarde le premier spectacle - et ensuite instinctivement, je sais à quel moment, le où et le quoi de ce qui va se passer.

- Combien de photos fais-tu à peu près par journée en tournée ?

300-400.

- Qui/quel est ton motif préféré chez AC/DC ?

Oh, là il y en a beaucoup. A côté des clichés de 86, j’adore la photo où on voit Angus sous la pluie des confettis, ou les clichés Hells-Bells, il y a tellement de superbes clichés – J’adore AC/DC.

- Quand AC/DC va en tournée et t’engage, tu accompagnes le groupe jour et nuit. Es-tu vraiment si près de Angus Young & Co, même dans le bus de la tournée, ou bien êtes-vous tous séparés ? Et est-ce que tu «as le droit » de tout photographier de leur vie privée ?

Guido-Karp2.jpg

Dés que je peux, je reste en retrait. Après la session Brian m’a invité chez « Mr Chow », c’est vraiment le chinois le meilleur du monde, et il a vraiment dû me convaincre pour que je l’accompagne. Je photographie, là où c’est souhaité - et je ne vais pas faire des photos ailleurs où ce n’est pas permis.

- Est-ce qu’il y a une expérience personnelle que tu as eu avec AC/DC dont tu te souviendras toujours ?

Oh oui, c’est sûr (mdr) ! Sur la tournée Stiff Upper Lip, à Munich, on m'avait construit une cage, dans laquelle j’ai été accrochée au milieu de la scène afin de pouvoir réaliser des photos des côtés. Tout le monde était au courant – à part l’homme pyro. Et c'est au moment du Gong de la chanson de Hells Bells, c’est arrivé : ma cage était en flammes ... et oui c’était un peu risqué je l’admets.....

- Est-ce que tu aimes la musique de AC/DC, et si ce n'est pas le cas, est-ce que cela se ressent dans ton travail (par ex. mettre plus de distance, plus d'objectivité) ?

J'ai grandi avec AC/DC, mais sans être maintenant un énorme fan. Mais même avant d'avoir commencer de travailler avec eux, j'avais déjà tous leurs albums.

- Maintenant encore quelques questions concernant ta personne: Sur ton site, il est écrit dans la rubrique biographie, que dés ton plus jeune age, tu as toujours été intéressé par la photographie, cependant tu n'as pas fini ta formation dans ce domaine. A ton avis, est-ce que l'engagement et la volonté de développer son talent sont plus importants que d'avoir une formation normale par l'enseignement - ou bien est-ce que tu regrettes aujourd'hui de ne pas avoir de diplômes en poche ?

En effet, aujourd'hui je recommanderais dans tous les cas, une solide formation – C’est durable ce que l’on apprend, on apprend aussi par le biais des erreurs des autres, car je sais encore par où je suis passé.

- Que conseillerais-tu aux jeunes qui aimeraient exercer la même profession que toi ?

De poser leur candidature chez moi (rire). En effet, actuellement je forme deux apprentis photographes, ce qui me plait beaucoup. On ne peut pas faire que prendre, il faut savoir donner. Ce qui relève globalement du métier de photographe : "there is no second chance for a first impression". Alors il faut présenter une bonne candidature. Il faut savoir au minimum ce qu'on veut et où est-ce qu'on veut aller. Ce secteur est trop petit et trop rapide pour les indécis. Celui qui s'intéresse vraiment à la photographie peut m'envoyer un mail, et bien voilà nous avons résumé les infos les plus importantes.

- De quels talents et de quels traits de caractère a-t-on besoin dans ton métier en particulier ?

Oh, il y en a pas mal. La fidélité, la fiabilité, la sensibilité, la générosité, parce que sans tout cela, le meilleur photographe n'existerait pas.

- Quel matériel d'équipement utilises-tu (live et en Studio), est-ce que tu photographies aussi à l'ère d'aujourd'hui ou quelques fois de manière classique?

Tout comme dans le passé, j'ai encore la plupart de mon équipement classique... malheureusement pas tout, car que vous le croyez ou non, un ex-employé a mis aux enchères une partie de mon équipement sur Ebay derrière mon dos, pour arrondir ses fins de mois … Mais je travaille depuis des années maintenant en numérique. Il faut finalement, un jour ou l'autre qu’on arrive au point où il faut que je passe par le scanner, ne serait-ce que du fait que beaucoup de personnes veuillent imprimer mes photos. Le meilleur pour la fin, un petit bonus : Allez sur le site www.fansunited.com/acdc2009, vous trouverez un formulaire sur lequel vous trouverez mes meilleurs clichés de la tournée, vous pouvez passer une demande afin de recevoir un document superbe en format PDF - et encore en plus gratuitement !

Guido Karp