Temoignages

Temoignage d'Andrew Wittner pour H2ACDC.COM


Pages associées

145581AngBonCCHApril1975CopyAW.jpg

431629_110233342438764_836298894_n.jpg

Merci à vous de me demander ma contribution à votre site dédié à AC/DC. Voici donc des photos jamais publiées jusque-là prises au Concil Club Hotel en avril 1975, un pub à Preston (1) en Australie. Quand j'ai commencé à les photographier, c’était un groupe encore assez nouveau à Melbourne, qui était le lieu de résidence d'AC/DC à cette époque. Preston est une banlieue difficile à majorité ouvrière au nord de la ville, à 30 minutes en voiture.

En ce temps là j'avais 20 ans, j'étais étudiant en photographie et en Art et Design. J’avais shooté pas mal de groupes autour de Melbourne comme ça, juste pour le fun. Cela ne coutait rien d'aller dans les pubs pour voir des groupes jouer (j'ai d'ailleurs découvert que cela était toujours le cas à Londres au début des années 80 où j'ai vécu quelques années). Aujourd'hui, il faut payer pour aller où que ce soit, et la sécurité est tellement stricte qu’on on ne peut plus rien faire... Bref je me suis pointé avec mon appareil photo Leica M2 (2), l'arme ultime pour de la photographie rock en gros plan, avec un tas de films 35mm bon marché. A cette époque, tu pouvais grimper sur scène si tu le voulais, en fait il n'y avait pas beaucoup de photographes dans le coin qui faisaient ce type de photos parce que techniquement c'était difficile, techniquement parlant, et la plupart du temps tu repartais avec que dalle d'exploitable.

J'ai compris très tôt, comme le font tous les photographes de rock, que l'"action" est intimement liée à l'artiste ou aux artistes que tu prends en photo ; le truc magique n'est pas à proprement parler dans ta photo. En réalité, il n'y a pas beaucoup de musiciens qui riment avec "performance", ce truc que tu peux saisir sur une photo. Jimmy Hendrix évidement était de ceux-là, tout comme Rory Gallagher et Alvin Lee. Angus Young et Bon Scott également. Oui, ces gars là étaient de ceux que tu pouvais vraiment photographier.

A cette époque, AC/DC était un groupe puissant, sauvage, solide et précis. Souvent, un groupe était jugé par la qualité de son guitariste solo. Sur scène, Angus était une personne complètement cinglée, frénétique, qui semblait se nourrir d'une espèce d'énergie animale surnaturelle. La musique qui sortait de sa guitare semblait presque venir d'autre part. Un formidable guitariste déjà, un jeune maître de l'art. Il sautait partout en faisant tout un tas de choses totalement folles tout en parvenant à jouer vite, brillamment et avec une incroyable énergie. Je ne l’ai vu que jouer avec cette guitare, cette Gibson noire et marron foncé visible sur ces photos.

(1) Preston, banlieue de Melbourne
(2) L'appareil photo utilisé par Alberto Korda pour prendre sa légendaire photo de Che Guevara

328078AngcCCHApril1975CopyAW.jpg 383491PhilCCHApril1975CopyAW.jpg 432181AngbCCHApril1975CopyAW.jpg

818334MarkCCHApril1975CopyAW.jpg

australie.gif

Hi , thanks for asking me to contribute to your AC/DC web site. Here are some unpublished shots of AC/DC which I took in April 1975 at the Council Club Hotel, a pub in Preston, Melbourne, Australia. When I started shooting the band they were still a relatively new band in Melbourne, which was their home town at that time. Preston is a tough, working class suburb about 30 mins. drive North of the city.

At the time I was 20 years old, a photography student, studying Art & Design. I took to photographing various bands around Melbourne just for the heck of it, for the fun of it. It didn’t cost anything to get into the pubs to see the bands play (I discovered the same thing was still happening in London when I lived there for a few years in the early 1980’s, but these days you have to pay to get into everything, and security is so impossibly tight, you can’t do anything anymore). So I went along with my Leica M2 rangefinder camera – the ultimate weapon for close-up Rock ‘n Roll photography – with plenty of bulk-loaded 35mm film, cheap. In those days you could climb up on stage if you wanted to; in fact there weren’t many photographers around doing this sort of shooting because it was hard to do, technically difficult, and a lot of the time you would come away with nothing.

I learnt early – as all Rock photographers do – that the ‘action’ is really with the performer or performers that you’re photographing; the magic wasn’t in your own photography. And in fact there aren’t many musicians that have got a great ‘act’ – something you could really photograph. Jimmy Hendrix obviously had it, and so did Rory Gallagher and Alvin Lee. And Angus Young and Bon Scott had it too; yes, these were guys you could really photograph.

In those days AC/DC were loud, wild and tight, precise. Often a band was judged by the quality of its lead guitarist. On stage Angus was manic, a crazy person who seemed to thrive on some sort of animal energy, weird. The music that came out of his guitar almost seemed to be coming from somewhere else. A great guitarist even then, a Young Master of the Art. He would jump around and do all sorts of crazy things but still manage to play fast, loud, brilliantly. I only ever saw him play the one guitar, the dark brown and black Gibson in these photographs.


656947AngaCCHApril1975CopyAW.jpg