Carnet de route Europe

Paris, 25 fevrier 2009, temoignage de Mathieu

Photo0126.jpgPar une bonne journée du mois d’octobre 2008, lundi 13 exactement, je m’étais levé à 6h et m’étais rué à la FNAC de Reims dès 7h30 du matin.
Je m’étais trouvé le second devant la porte. Après trois heures d’attente et des discussions avec les autres fans, je reçu enfin mes précieuses places à 10h30.
Quatre mois plus tard cet intense raid, le mercredi 25 février 2009, je me trouve en cours à 8h00, et je suis complètement incapable d’être attentif de quelques façon que ce soit, je décide donc de quitter l’université à 10h et de sécher le second cours. A la maison, bien qu’il soit prévu que mon père me prenne à 15h00 pour se mettre en route, je suis prêt dès midi et demi.

J’attends, j’écoute du AC/DC volume à fond. A 14h15, mon oncle qui vient avec nous arrive enfin, nous jouons à la Wii en attendant. Puis à 14h55, mon père arrive enfin, nous nous mettons immédiatement en route, je vérifie une énième fois que j’ai les billets et qu’ils sont correctement numérotés, que les places sont côte à côte. Tout est OK. Dans la voiture, nous écoutons Black Ice. Ce disque nous mène jusqu’aux alentours de Paris, pour finir le trajet, nous mettons Never Too Late, l’album des Answer, groupe assurant la première partie des Boys.


Nous voilà à Bercy, voiture garée, nous contemplons le palais et son impressionnante structure de métal bleu. Nous marchons, nous prenons un verre dans un bar alentour, nous mangeons un hot dog.
Nous sommes bluffés par l’imposante file d’attente devant les portes donnant accès à la fosse du POPB.

Photo0118.jpg
Des cris se font entendre depuis l’entrée principale, nous levons la tête : des résidents accrochent une banderole à leur balcon pour demander aux gens de ne pas être trop bruyants en sortant du concert… C’était marrant … Puis à 18h, nous avançons vers les portiques, nous entrons enfin dans cette enceinte mythique. Le souvenir du concert de Queen + Paul Rodgers est omniprésent dans mon esprit.
Photo0156.jpgNous gravissons les marches nous menant à notre balcon. Nous nous installons finalement à nos trois places.
Là, horreur … moi qui avais assuré à tout le monde que nous verrions à la perfection l’écran géant, je suis bien désabusé en voyant les énormes batteries d’amplis et d’éclairages pendues au plafond et nous obstruant complètement la vue. Il est 18h30. Encore une heure et demi à patienter. Puis après une incalculable quantité de sms envoyés, le début du show arrive rapidement. Le POPB est tout de même loin d’être plein. Puis, les lumières s’éteignent enfin tandis que Bercy hurle d’une seule voix, sur les écrans apparait le logo « The Answer ».

La première chanson démarre, et je sais désormais que je vais passer un super moment. Je ne peux m’empêcher de bouger la tête en rythme avec la musique. Le son est largement supportable. Le chanteur s’adresse à nous, les cris se font à nouveau entendre. Puis après la seconde chanson, il prononce ces quatre lettres mythiques : AC/DC, là c’est la folie dans la salle. Les chansons suivantes s’enchainent, nous arrivons à la fin de la première partie. Le public est remercié, puis les Answer quittent la scène. Bien que le public n’ai pas été très réactif, j’étais loin de me douter quelle pêche ca allait être vingt minutes plus tard …

Les techniciens finalisent l’installation de la scène pour nos cinq guest stars. Pendant ce temps, une immense holla envahit la salle et en fait six fois le tour en passant chaque fois par la fosse. Cette même fosse qui scande régulièrement High Voltage comme les fans l’avaient prévu avant. Enfin, un poil avant 21h00, les lumières s’éteignent à nouveau : le brouhaha est total…

p1010595.jpg

Sur les écrans s’ouvrent les portes d’un hangar et nous nous trouvons à la place d’un train sur une voie ferrée. Tout le monde connait la suite… Le train déraille littéralement et fini par débarquer sur la scène sous un tonnerre d’applaudissements, couverts par le rythme effréné de Rock’N Roll Train. Après cette performance de malade, Brian remercie le public, puis AC/DC nous prouve que l’enfer n’est pas un si mauvais endroit où vivre …
Bien entendu, tout le monde dans les gradins est déjà debout, il faut dire, un tel concert ne s’écoute pas assis, mais se vit debout ! Back In Black retourne Bercy une fois encore, puis Big Jack, Dirty Deeds Done Dirt Cheap, Shot Down In Flames et enfin Thunderstruck, à cette occasion jouée dans une version ralentie, tant mieux, le plaisir est plus long ! Je suis déjà exténué à force de sauter et de lancer mes bras en l’air. Mais je me force à continuer, le moment est tellement grandiose.

p1010591.jpgBlack Ice terminée, Brian nous annonce « a song about a dirty woman… » que peut elle être ?... je parle bien sur de The Jack, sur laquelle Angus nous fait son strip tease habituel. Arrivent ensuite deux chansons de l’album Back In Black.
La cloche descend : Hells Bells déboule comme une furie, je suis toujours autant dans le coup, comme un fou ! Je regarde avec envie la fosse, l’ambiance doit être du tonnerre au vu des mouvements de la foule, peut être un peu trop intense, puisque pendant la chanson à la cloche, je peux voir un membre de la sécurité emmener une personne évanouie. En espérant que tout aille bien pour elle désormais … Shoot To Thrill.
Nous voyons sur l’écran géant un avion de guerre avec des cornes, piloté par Angus, un char d’assaut avec Brian, et une galère armée de canons, tous affrontant le géant Angus de Stiff Upper Lip. War Machine décoiffe une fois de plus la salle.

p1010614.jpgVient ensuite Anything Goes, chanson que j’attendais, eh bien je ne peu pas dire que je fus déçu, bien qu’à bout de force, je trouve l’énergie nécessaire de sauter et de cogner dans mes mains. Suivie par ma chanson préférée de AC/DC : You Shook Me All Night Long, encore une fois, je parviens à me donner à fond durant ce titre. Puis nous avons droit à TNT. Rien à redire sinon que ce fut une tuerie monumentale également. L’ambiance en fosse toujours à son comble, j’envie encore tout ces gens …
Puis se gonfle sur le train la Rosie, dont je ne vois que le jambe à cause des amplis précédemment cités … Mais la chanson marche à fond quand même ! Le train fini par reparti de la scène et l’écran se referme, c’est Let There Be Rock ! Nous pouvons contempler sur l’écran géant un diaporama montrant toutes les jaquettes des albums dans des versions 3D animées, (le déchirement sur The Razor’s Edge, ou la mouche sur Fly On The Wall). Angus s’avance sur la plate forme pour son traditionnel solo, celle-ci s’élève, il se retrouve tout à fait au milieu de la salle et fait péter le son ! Le solo continue une fois ce dernier revenu sur la scène, avant que le groupe ne quitte la scène. La foule de toute la salle réclame après le groupe pendant trois bonnes minutes. Puis s’ouvre en plein milieu de la scène une trappe, par laquelle finit par s’échapper de la fumée. Angus débarque à nouveau sur scène et nous balance Highway To Hell, pas la peine d’expliquer ici, tout le monde doit se rendre compte…
p1010606.jpgEt résonne désormais le riff tant redouté de For Those About To Rock, toutefois la chanson est tellement énorme qu’on en regrette pas de l’entendre, les canons font un bruit d’enfer, et moi je suis toujours en train de sauter comme un dingue ! Cette fois c’est terminé, AC/DC salute us…




Les lumières du POPB se rallument, nous quittons la salle avec nos maux d’oreilles, sans oser demander tout de suite à notre voisin ce qu’il a pensé du show. Cette question arrive une fois que l’on est dehors, évidement tout le monde a adoré. Nous rejoignons notre voiture et prenons la direction de Reims tout doucement … Je crois avoir dormi dans la voiture tellement je me suis dépensé ce soir là.
Le lendemain, cours à 8h, donc la nuit fut très courte, je regrette de n’avoir pas protégé mes oreilles parce que ces dernières bourdonnent encore… Mais ca valait le coup, ce show était vraiment plus que grandiose !
Je m’en tire avec un atroce mal de jambes, de bras, de cou, de cordes vocales, et d’oreilles …

Merci ! H2ACDC Team


© H2ACDC.COM - May not be reproduced without written permission of Highwaytoacdc.com, contact@highwaytoacdc.com



Retour au carnet de route