Accéder au contenu

    HighwayToACDC.com

       le forum de la communauté francophone AC/DC

Votre dernière toile ?

Le coin détente du site : pour discuter d'un peu de tout.
Avatar de l’utilisateur
oursonteigneux
 
Messages: 345
Inscrit le: 07 Fév 2013, 08:44
Localisation: Thiais

Re: Votre dernière toile ?

Messagepar oursonteigneux » 08 Mars 2018, 21:36

La forme de l'eau. Sublime. J'ai été voir ce film sans savoir de quoi ça parlait, sans avoir vu la bande annonce, rien. Juste l'affiche et le nom du réalisateur. J'ai bien fait.

GibsontheRocker
 
Messages: 405
Inscrit le: 11 Nov 2008, 17:36
Localisation: Centre

Re: Votre dernière toile ?

Messagepar GibsontheRocker » 10 Mars 2018, 20:43

Hello !
C'est par la petite porte donnant sur le bac à sable que je reviens avec une mini rétrospective de mes sorties ciné de l'année passée. Et 2017 fut dans l'ensemble une excellente cuvée.

La La Land (de Damien Chazelle) - je commençais donc cette année 2017 avec un genre devenu rare : le musical. Mais un musical qui, tout en s'inspirant des classiques d'Hollywood et de Jacques Demy, rend compte de l'évolution de la société depuis ces temps révolus. Haut en couleurs, magnifiquement mis en scène et filmé, interprété par un duo très touchant, La La Land est un petit bonbon bariolé avec un léger goût d'acidulé. Après l'impressionnant Whiplash puis La La Land, ce réalisateur est à suivre de près. Et mine de rien, un an après j'ai encore la mélodie de "City of stars" en tête.

Stars Wars : Les Derniers Jedi (de Rian Johnson... et Disney) - à l'autre extrémité de l'année, j'allais voir ce blockbuster de type space opera et, grande première pour moi, en IMAX. Que dire qui n'ait été déjà écrit en long et en large sur la toile ? Bah le générique était plutôt cool. Sérieusement. C'est un bon film de SF mais à vrai dire j'en attendais beaucoup plus après avoir vu l'épisode 7. Les nouveaux personnages prennent de l'épaisseur tandis que les anciens sont certes des légendes mais qui ont mal vieilli. On ne voit pas le temps passer, ce qui n'empêche que le film manque cruellement de souffle épique. Et quid du Premier Ordre, régime malfaisant gouverné par les ancêtres guerriers des Monty Python ? Pas sûr que je fasse le déplacement pour la suite.

The Lost City of Z (de James Gray) - vu dans un cinéma Art et Essai, ce superbe long-métrage d'aventure est inspiré de la vie de Percy Fawcett, explorateur britannique mystérieusement disparu en Amazonie dans l'entre-deux-guerres. Le portrait ambigu d'un homme passionné et en décalage par rapport à la société dans laquelle il vécut, de ses relations avec sa femme et ses enfants, ses compagnons de route ainsi qu'avec ses confrères de la Royal Geographical Society. Aux antipodes de l'expédition baroque et à la limite de la folie destructrice d'Apocalypse Now, The Lost City of Z est avant tout un drame centré sur un homme et l'incompatibilité de sa soif de découvertes avec le monde qui l'entoure.

Valérian (de Luc Besson) - adaptation forcément personnelle d'une bande dessinée de SF que Besson voulait réaliser depuis longtemps, en dépit de mon désintérêt vis-à-vis de la filmographie "récente" (en gros les 20 dernières années) du bonhomme, j'ai trouvé ce film fort divertissant et sympathique. Soyons clair, la 3D n'apporte rien au film si ce n'est quelques brefs moments (mais bon, à part Avatar et Gravity on pourrait en dire autant de tous les blockbusters en relief) et le scénario et les dialogues ne sont pas très recherchés (quelle surprise!) ; cependant l'univers proposé est plus que satisfaisant et les héros sont attachants.

Blade Runner 2049 (de Denis Villeneuve) - je terminerai par ce que j'appelle mon film de l'année 2017. Pari audacieux de réaliser une suite au chef-d'oeuvre visionnaire de Ridley Scott, pari remporté haut la main. Dans le parfait prolongement de l'original, tant du point de vue visuel et sonore que des thématiques abordées, la version 2049 s'intéresse à l'enquête, à la quête identitaire et à la fuite d'un blade runner (campé par Ryan Gosling) sur les traces de l'enfant porté disparu de Rick Deckard (Harrison Ford, blade runner du premier film) et de Rachel, la réplicante dont ce dernier était tombé amoureux. Aussi envoûtant que son modèle d'origine et peut-être encore plus pessimiste, Blade Runner 2049 est un grand film de SF qui réussit le tour de force de nous éblouir avec élégance, de donner une suite crédible et cohérente à une histoire connue et d'être fidèle à l'oeuvre conjuguée de Philip K. Dick et de Ridley Scott tout en développant ses propres motifs.

Question aux observateurs : Avez-vous vu comme moi une référence à un film célèbre de Bergman dans La La Land ?
I got a burnin' feeling
Deep inside of me
It's yearning
But I'm gonna set it free

Avatar de l’utilisateur
Phil77
 
Messages: 267
Inscrit le: 12 Juil 2009, 09:34
Localisation: Nancy

Re: Votre dernière toile ?

Messagepar Phil77 » 12 Mars 2018, 11:36

GibsontheRocker a écrit:Blade Runner 2049 (de Denis Villeneuve) - je terminerai par ce que j'appelle mon film de l'année 2017. Pari audacieux de réaliser une suite au chef-d'oeuvre visionnaire de Ridley Scott, pari remporté haut la main. Dans le parfait prolongement de l'original, tant du point de vue visuel et sonore que des thématiques abordées, la version 2049 s'intéresse à l'enquête, à la quête identitaire et à la fuite d'un blade runner (campé par Ryan Gosling) sur les traces de l'enfant porté disparu de Rick Deckard (Harrison Ford, blade runner du premier film) et de Rachel, la réplicante dont ce dernier était tombé amoureux. Aussi envoûtant que son modèle d'origine et peut-être encore plus pessimiste, Blade Runner 2049 est un grand film de SF qui réussit le tour de force de nous éblouir avec élégance, de donner une suite crédible et cohérente à une histoire connue et d'être fidèle à l'oeuvre conjuguée de Philip K. Dick et de Ridley Scott tout en développant ses propres motifs.


LE film que j'ai attendu depuis son annonce il y a plusieurs années. Vu le jour de sa sortie, j'ai jamais été aussi stressé et impatient en attendant que les lumières s'éteignent dans une salle et dans un fauteuil. Rah là là, ces notes de claviers qui transpercent littéralement les enceintes en ouverture du film, ce mixage de dingue. Blade Runner est mon film de SF préféré, pour les thématiques abordées, son univers et son rythme (et oui) mais je n'ai eu que bienveillance à l'égard de 2049 depuis le départ et je n'ai été déçu en rien du tout. J'y ai tout retrouvé, l'ambiance, la photographie, les messages et surtout l'impression d'avoir quelque chose de complètement à part dans le paysage cinématographique. Mention spéciale à Ryan Gosling, qui a trouvé le rôle auquel je l'identifierai volontiers pendant très longtemps, impérial de justesse. Son jeu permet de réduire encore plus la frontière entre l'androïde (ce qu'il est dans le film, un réplicant) et l'humain, la grande question de l'univers de Blade Runner. Il campe un personnage qui se révèle très attachant et qui obtient gain de cause du spectateur sans difficultés. On pourrait en causer pendant longtemps, il y a de quoi dire.

Sinon question cinéma en général, je tourne en général à deux films par semaine en salle donc faire un résumé de mon année 2017 (et début 2018) serait trop long mais grosse satisfaction d'avoir vu The Shape of Water (La Forme de l'eau) remporter sa statuette de Meilleur Film aux Oscars. Film dont je n'attendais absolument rien, en dépit de sa rafle de prix en fin d'année 2017 mais je me suis laissé attirer le jour de sa sortie par le fait que Del Toro soit derrière la caméra. Satisfaction intégrale donc, une petite pépite qui m'a donné envie de retourner à sa rencontre une seconde fois par ailleurs.

(Petit bisou à L'Épisode VIII de Star Wars, qui a eu le mérite de montrer qu'une franchise et une saga multi-milliardaire n'appartenait pas aux exigences des fans et à leur conception de l'univers démontré. Voir le film se faire autant pourrir [par les fans les plus extrêmes] me réjouit au plus haut point. Enfin une vision différente de ce qu'on nous a proposé au point d'en vomir dans cette franchise. Quand on sait qu'il y encore aura deux trilogies et une série live dans le futur, il était grand temps de faire évoluer tout ça.)
Image

Avatar de l’utilisateur
Jeff 59
 
Messages: 561
Inscrit le: 24 Nov 2012, 19:40
Localisation: Lausanne

Re: Votre dernière toile ?

Messagepar Jeff 59 » 16 Avr 2018, 12:38

L'acteur R.Lee Ermey, sergent sadique ( sac à foutre) de "Full Metal Jacket", est décédé

R.I.P

Image
Born to Be Wild
- Muddy Waters - Johnny Winter - Jimi Hendrix - The Rolling Stones - AC/DC- Led Zeppelin

‘’Sur votre guitare, sciez tout ce qui ne vous est pas utile. Sur la mienne, je n’ai gardé que le volume, et encore..’’ Malcolm Young

Avatar de l’utilisateur
oursonteigneux
 
Messages: 345
Inscrit le: 07 Fév 2013, 08:44
Localisation: Thiais

Re: Votre dernière toile ?

Messagepar oursonteigneux » 16 Avr 2018, 21:40

Un seul rôle (je compte pas les apparitions clins d'œil) mais quel rôle. Full Metal Jacket est un chef d'oeuvre en grande partie grâce à lui. Une grande trouvaille de Kubrick. Rompez les rangs mes ptites louloutes!

Avatar de l’utilisateur
Jeff 59
 
Messages: 561
Inscrit le: 24 Nov 2012, 19:40
Localisation: Lausanne

Re: Votre dernière toile ?

Messagepar Jeff 59 » 16 Avr 2018, 22:04

J'ai lu sa bio ,j’ignorai qu'il jouait son propre rôle en dérision dans ce film, ce gars a été réellement un ancien instructeur des Marines avant de faire carrière dans le cinéma 8)
Born to Be Wild
- Muddy Waters - Johnny Winter - Jimi Hendrix - The Rolling Stones - AC/DC- Led Zeppelin

‘’Sur votre guitare, sciez tout ce qui ne vous est pas utile. Sur la mienne, je n’ai gardé que le volume, et encore..’’ Malcolm Young

Précédent

Retour vers Bac à sable

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit and 4 invités

cron