Accéder au contenu

    HighwayToACDC.com

       le forum de la communauté francophone AC/DC

DreamTheater (Nom de Dieu!)

Vous n'écoutez pas qu'AC/DC dans la vie ! Alors venez discuter de vos autres groupes favoris ici !
Avatar de l’utilisateur
Madi
 
Messages: 1686
Inscrit le: 05 Oct 2008, 16:38
Localisation: Nice

Re: DreamTheater (Nom de Dieu!)

Messagepar Madi » 05 Oct 2013, 10:05

Ta joie pour cet album fait plaisir à lire, si c'est comme d'habitude du Dream Theater, je n'aimerais pas. Mais ce qui est sûr, c'est qu'avec ce post écrit avec autant de conviction on a très envie d'écouter :wink:
Dernière édition par Madi le 05 Oct 2013, 19:38, édité 1 fois au total.
..La force du groupe sur H2AC-DC.com tu partageras...

Avatar de l’utilisateur
night shadow
 
Messages: 1761
Inscrit le: 15 Oct 2008, 10:31

Re: DreamTheater (Nom de Dieu!)

Messagepar night shadow » 05 Oct 2013, 14:45

J'aime bien leur dernier clip, The enemy inside, qui parle du traumatisme des soldats de retour d'Irak ou d'Afghanistan qui n'arrivent pas à oublier ce qu'ils ont vu et à vivre normalement

http://youtu.be/m_Zx3BzcUjA
Image

Avatar de l’utilisateur
TofVW
 
Messages: 1096
Inscrit le: 08 Mars 2009, 23:17
Localisation: DisneyLand

Re: DreamTheater (Nom de Dieu!)

Messagepar TofVW » 08 Juil 2014, 00:23

De retour de l'Olympia: putain de concert!
En fait c'était un simple copier-coller de celui de janvier au Zénith, mais justement: 2ème grosse claque. Encore une fois on ne perd pas de temps: une première partie? Ca ne sert à rien, on arrive à 20h, et on joue pendant 3 heures!!!
Bon, presque 3h, car il y a l'entracte de 15 minutes, et quelques longues pauses entre 2 chansons avec un mini-film sur l'écran géant.
Mais quand ça joue, putain ça joue bien! James était assez communicatif (par rapport à d'habitude, donc c'est relatif), John (Petrucci) toujours aussi carré et impressionnant de dextérité, au diapason de l'autre John (Myung) et de Jordan qui arrive toujours à nous sortir des sons improbables de son synthé, et Mike nous prouve une fois de plus qu'il est le digne successeur de Portnoy en alternant bourrinage de fûts et touché tout en finesse.

Pas vraiment de surprise pour moi puisque j'avais déjà vu le même show au Zénith, avec ses défauts (pas de Pull Me Under???) et ses qualités (The Glass Prison en reprise après l'entracte, imparable!).

Je vais me coucher avec le sourire, et un peu de mal aux cervicales...
L'avenir appartient à ceux qui ont des ouvriers qui se lèvent tôt.

Avatar de l’utilisateur
oursonteigneux
 
Messages: 537
Inscrit le: 07 Fév 2013, 08:44
Localisation: Thiais

Re: DreamTheater (Nom de Dieu!)

Messagepar oursonteigneux » 08 Juil 2014, 08:58

J'y était aussi. J'y allais avec certaines appréhensions. J'ai "lâché" ce groupe après la tournée systematic chaos et le concert au zénith. Je pense que je les avais trop vu (5ou 6 fois) et le show ne m'a pas plu tant que ça. En plus j'étais colère car j'avis raté presque tout Symphony X à cause des transports en commun…bref, je ne suis retourné au théâtre des rêves que depuis la sortie du nouvel album.

Super concert. Du fait de mon largage précité, j'ai eu du mal à mettre des titres sur beaucoup de chansons. mais quel show!!!! Labrie était effectivement plus communicatif et plutôt en voix malgré un début de show un poil poussif et quelques soucis avec les grandes montées dans les aigus des anciens titres (Trial Of Tears). Les quatre autres auront encore donné envie d'arrêter nos instruments respectif pffff….C'est incroyable de voir à quel point ils peuvent se permettre de proposer un set en évitant soigneusement de mettre tout ce qui a ressemblé à un hit pour eux (Pull Me Under, Spirit Carries On, I Walk Beside You etc…) et emballer le show quand même. Leur réserve de titres forts semble inépuisable.

L'appui de la video est un super bon point ça fait passer les moments instrumentaux qui peuvent être un peu chiants pour qui n'est pas porté sur ces passages technico-techniques plus que ça. Autre bon point pour Mangini. Je connaissais le bonhomme (tournée avec Vai) et j'ai pu voir qu'il est parfaitement à sa place dans ce groupe. Puissant, technique parfaite et plutôt marrant. Il a en plus compris qu'un solo de batterie ne devait pas durer 20 minutes, même chez DT c'est chiant quand c'est trop long les tam tam!!!!

Seul défaut pour moi: aucun titre de Images and Words. J'ose une explication assez chafouine: peut être que Labrie ne peut plus assurer les parties de chants démentielles de cet album. Corrigez si besoin!!!


Set list piqué sur internet:

False Awakening Suite
The Enemy Inside
The Shattered Fortress
On the Backs of Angels
The Looking Glass
Trial of Tears
(played with extended intro and guitar solo)
Enigma Machine
(with drum solo in the middle)
Along for the Ride
Breaking All Illusions
Act 2
The Mirror
Lie
Lifting Shadows Off a Dream
Scarred
Space-Dye Vest
Illumination Theory
Encore:
Overture 1928
Strange Déjà Vu
The Dance of Eternity
Finally Free
Illumination Theory
(Piano Outro)

Avatar de l’utilisateur
Badboy
 
Messages: 916
Inscrit le: 12 Août 2008, 21:44
Localisation: IdF

Re: DreamTheater (Nom de Dieu!)

Messagepar Badboy » 09 Juil 2014, 10:52

Merci pour vos récits ! Je vous envie d'autant plus, mais quelle idée de passer au dépend des juilletistes ! :woah:
"l’appétit vient en mangeant, la soif disparaît en buvant" - François Rabelais (un bien brave homme)
J'y étais : mon blog ;)

Avatar de l’utilisateur
TofVW
 
Messages: 1096
Inscrit le: 08 Mars 2009, 23:17
Localisation: DisneyLand

Re: DreamTheater (Nom de Dieu!)

Messagepar TofVW » 11 Mars 2016, 13:07

Presque 2 ans de déterrage... bref.

Dream Theater au Palais des Congrès (Paris), le 6 mars 2016

Paris est à l'heure du Metal Prog, car après Symphony X la semaine d'avant, c'est Dream Theater qui envahit l'amphithéâtre du Palais des Congrès pour 2 soirées consécutives, les 5 & 6 mars. Nous avons choisi d'y aller le 6 car c'est un dimanche, et que c'était ça ou regarder Walker Texas Ranger.
Alors pour commencer, ami lecteur, sache que si tu vas audit Palais et qu'il est écrit "18h00" sur ton ticket, ce n'est pas l'horaire d'ouverture des portes: c'est le début du spectacle!
C'est ainsi que nous ratons la première demi-heure, entre l'arrivée au parking à 18h (justement), le petit en-cas, la pause pipi et le tour au stand merchandise, avant de réaliser que la "musique d'attente" dans la salle semble bien forte… tu parles, c'est le groupe qui joue! En plus, à 35€ le t-shirt, ça ne valait pas le coup de s'éterniser.

Nous nous installons finalement dans nos fauteuils: oui, pour cette tournée un peu spéciale, tout le monde est assis! Le placeur me propose d'aller un peu plus devant car la salle n'est pas comble (même si très bien remplie tout de même), ce que je m'empresse d'accepter.
Tournée spéciale donc, puisque le groupe joue l'intégralité de son dernier album: The Astonishing (décidément, c'est une manie chez les groupes de Prog en ce moment, de jouer un album en entier!). Et de fait, nul besoin d'énoncer les chansons, il suffit de suivre l'album.

A propos, puisqu'il s'agit d'un Opéra-Rock, faisons le point sur l'histoire: dans un futur que nous espérons lointain (dans 300 ans semble-t-il), la musique est produite par des drones, les Nomacs, afin, j'imagine, de mieux asservir le peuple (mouais, finalement on est presque déjà dedans, vu ce qui passe à la radio).
Heureusement, dans le lointain village de Ravenskill, un homme nait avec le don de la musique. La révolution peut donc se mettre en marche!
Tout a été composé par John Petrucci (guitare) et Jordan Rudess (clavier). Le reste du groupe répond présent en tant qu'interprètes, notamment James LaBrie, à qui revient la charge de faire vivre à lui tout seul tous les personnages de cette épopée, à contrario de projets tels qu'Avantasia et ses nombreux invités, qui nous fait l'honneur de venir à Paris le mercredi suivant (ce qui me fait opérer une transition en douceur: Metal Prog avec Symphony X, puis Prog Opéra avec Dream Theater, puis Opéra Power Metal avec Avantasia, et enfin Power Metal tout court avec Helloween fin avril!).

Sur scène, ça se traduit par une communication avec le public plus que réduite. Les américains n'avaient déjà pas la réputation d'être très expressifs, mais l'histoire qu'ils ont à nous raconter ne permet aucune incartade: tout se déroule sur les écrans derrière et sur les côtés de la scène, les musiciens ne sont là que pour mettre l'histoire en musique. James est le plus mobile sur scène mais pas trop, et Petrucci vient parfois de notre côté, mais pas trop non plus. Jordan est bien obligé de rester derrière son clavier qu'il fait tourner sur sa base au gré de ses envies. Quand à John Myung (basse), il a les pieds vissés à son emplacement, qu'il ne quitte que pour aller en coulisses, en même temps que ses comparses. Derrière les fûts, Mike Mangini en fait des (grosses) caisses, probablement parce qu'il faut bien ça pour ne pas s'endormir sur les rythmiques lentissimes des chansons de The Astonishing. Heureusement, après un entracte de 15 minutes, la 2ème partie de l'album offre des morceaux un peu plus pêchus. Malgré tout, l'ambiance pâtit d'une audience assise, ce qui limite fortement la participation du public.
Mais pour revenir aux écrans, les vidéos sont très belles, même s'il faut probablement connaitre l'album sur le bout des doigts pour savoir où l'on en est (ce qui n'est pas mon cas).

Je pense que tout le monde a compris que ce n'était pas le meilleur concert de ma vie (surtout après la tournée précédente de Dream Theater qui passait par le Zénith et l'Olympia, où ils furent fantastiques), mais attention: ça n'a pas été le désastre total pour autant. Le son était particulièrement bon dans cette salle qui ne se prête pas forcément à l'exercice (seul James était un peu trop "réverbé"), et musicalement c'était la perfection… ce qui peut également être un reproche, tant le style du groupe laisse peu de place à l'improvisation ou autres fantaisies. Mais c'est toujours un plaisir d'observer ces virtuoses utiliser si bien leurs instruments.
De toute façon, il est difficile de reprocher le manque de surprise alors qu'on savait pertinemment que le groupe allait jouer l'intégralité de l'album; ils ont tout de même tenté le faux rappel sur le morceau "Astonishing", mais nous ne sommes pas dupes. Cela dit, ça nous a permis de venir au pied de la scène, la sécurité ayant bien voulu nous laisser faire pour le dernier titre, et de taper dans la main des membres du groupe avant de partir.

Chacun rentre donc chez soi à 21h, un peu déroutés car c'est l'heure à laquelle commencent habituellement les concerts!

Setlist
L'avenir appartient à ceux qui ont des ouvriers qui se lèvent tôt.

Avatar de l’utilisateur
Badboy
 
Messages: 916
Inscrit le: 12 Août 2008, 21:44
Localisation: IdF

Re: DreamTheater (Nom de Dieu!)

Messagepar Badboy » 11 Mars 2016, 19:12

Merci pour ton récit.
Désolé que tu aies débuté ce concert en étant stressé par ton retard ; pas idéale ta configuration ... Tu nous aurais fixé rencart à Sandrine et moi, tu aurais sans doute été incité à arriver à l'heure ! puni ! :twisted:

Du coup, je poste aussi mon relevé d'émotions :

DREAM THEATER – Palais des Congrès – 6 mars 2016

"The Astonishing", le treizième album studio de Dream Theater, paru le 29 janvier 2016 est présenté comme un opéra-rock en deux actes, composé par John Petrucci.
A son écoute, je suis passé par différentes phases. Si bien qu'avant d'aller à cette soirée, j'ai un sentiment un peu partagé. Très enthousiaste sur la plupart des titres avec ces belles mélodies énergiques, j'ai cependant pour l'instant un peu de mal à être emporté totalement à cause d'effets que je trouve parfois emphatiques.
Mais l'envie et la confiance l'emporte pour ce qui sera ma onzième participation à leur prestation et j'entends bien remettre en jeu mon intérêt pour ces immenses musiciens !
Quatre semaines après maître Wilson, je retourne avec plaisir dans cet auditorium que j'apprécie beaucoup pour ses qualité acoustiques.
Il semble cependant que DT ait été quelque peu ambitieux en proposant deux dates : il y a quelques sièges vides. En tous cas, mon placement sur le côté gauche (côté Myung) m'aura permis d'assister à une superbe soirée dans d'excellentes conditions ; la sonorisation m'a semblé impeccable, la scène était à la fois sobre et très colorée par un éclairage somptueux. En fond, des écrans disjoints diffusaient des images illustrant les thèmes de l'opus.

Dans ce cadre, j'ai très vite été emporté par la magie du Théâtre de Rêve ; mes réserves sur le double opus se sont assez facilement dissipées durant ce concert. Cette œuvre passe manifestement mieux en concert à mes oreilles. Les quelques emphases de l'œuvre m'ont parue estompées, impression aidée sans doute par le son à la fois puissant et limpide.


John Petrucci ferait bien de prendre garde à son aspect car il ressemble de plus en plus à un sauvage-des-bois. Néanmoins, cette relative désinvolture esthétique n'altère heureusement pas son impressionnante maîtrise technique et sa sensibilité qui n'en finit pas de m'émouvoir. Il alterne judicieusement déferlements de notes et lignes plaintives pour parvenir à exprimer toute la finesse et l'émotion de ses compositions.

John Myung, cet excellent bassiste, me sidère une fois de plus par sa rigueur d'exécution. Le duo qu'il forme avec Petrucci est assez atypique ; la basse n'est pas cantonnée à soutenir la rythmique, avec lui la basse accentue la partition de la guitare. En dépit de la différence de cordes, il parvient à suivre la tempête de notes imposée par son compère. Mon regard est ainsi le plus souvent resté rivé sur le jeu de basse, un pur régal ! Lorsque sa partie se distingue je me réjouis pour lui car il mériterait davantage de liberté, mais peut-être n'en veut-il même pas tant l'homme semble introverti et totalement impliqué dans son rôle.

Autre source de pur bonheur, la voix de James-Kevin Labrie qui fut d'une justesse remarquable. J'ignore son degré d'implication dans l'opus mais on le sent très investi. Pendant plus de deux heures sa voix n'a pas faibli, juste parfois couverte par ses camarades et soutenue par les chœurs de Petrucci, puisque Portnoy n'est plus là pour le faire. Notons que Labrie fut le seul à adresser quelques mots aux publics qui aurait sans doute apprécié davantage de dialogue. Mais bon …

Mike Mangini doit vaille que vaille assumer son rôle de métronome et tenter de faire oublier les facéties de Mike Portnoy. Son efficacité à ce poste lui confère cependant toute la légitimité requise, alors savourons son jeu.

Jordan Rudess, a pris le pli depuis quelque temps de se montrer moins exubérant et cela me permet de l'apprécier davantage. Certes, il ne se prive pas de sa petite coquetterie que constitue ce clavier particulièrement mobile, mais dans la mesure où il s'en sert à très bon escient je ne lui reprocherai pas.
Ses lignes mélodiques sont indissociables des compositions du groupe. Toutefois, je m'agace du choix de jouer ou pas certains passages que le clavier peut pourtant toujours assurer. Je déplore entendre trop de bandes sons ; en particulier les sons de chœurs, de violons et violoncelles qui rendent un bel effet sur le disque mais dont je considère la persistance dans les enceintes parfaitement dispensables. Pour leur concert de clôture de la tournée, on peut imaginer aisément magnifier cela avec un orchestre et un chœur, mais en attendant c'est inutile.

Par ailleurs, je n'ai pas encore eu le temps de "décortiquer" le site internet consacré (qui semble cependant bien fait). Du coup, je n'ai pas su apprécier les interludes musicaux et/ou visuels qui ne m'ont pas paru toujours du meilleur goût. Peut-être est-ce dû à ma relative inculture, mon niveau d'anglais ne m'aura pas probablement pas permis de tout comprendre à ce jour de cet opus…
Cette impression était en tous cas accentuée par des silences malheureux entre quelques titres, le public attendant sagement la suite alors qu'aucun membre du groupe ne cherche à communiquer. Dommage.

Quelques imperfections que je suis enclin à oublier tant ces gars-là m'inspirent respect et admiration. Certains choix artistiques qui, par définition, appartiennent à l'artiste, peuvent laisser perplexes mais globalement j'estime que DT est un des plus fiers étendards actuels du rock progressifs, dignes de l'intérêt que leur porte des milliers d'admirateurs dans le monde. Je ne peux m'empêcher d'espérer le retour de Mike Portnoy pour parfaire mon plaisir !

Une telle somme de talents mériterait davantage de succès en France, mais le désintérêt médiatique franchouillard s'ajoute à la jalousie des aigris, à l'apathie des blasés. Peu importe, pourvu qu'ils continuent à passer nous prodiguer leurs bienfaits à chacune de leur tournée.

Quelle superbe soirée !


PROGRAMME :
18h15 : Descent of the Nomacs
Dystopian Overture
The Gift of Music
The Answer
A Better Life
Lord Nafaryus
A Savior in the Square
When Your Time Has Come
Act of Faythe
Three Days
The Hovering Sojourn
Brother, Can You Hear Me?
A Life Left Behind
Ravenskill
Chosen
A Tempting Offer
Digital Discord
The X Aspect
A New Beginning
The Road to Revolution

19h40 : Pause de 20 minutes

Acte II
20h00 : 2285 Entr'acte
Moment of Betrayal
Heaven's Cove
Begin Again
The Path That Divides
Machine Chatter
The Walking Shadow
My Last Farewell
Losing Faythe
Whispers on the Wind
Hymn of a Thousand Voices
Our New World

20h45 : Power Down
Astonishing
20h50 fin.
"l’appétit vient en mangeant, la soif disparaît en buvant" - François Rabelais (un bien brave homme)
J'y étais : mon blog ;)

Avatar de l’utilisateur
vaijuju
 
Messages: 1132
Inscrit le: 08 Mai 2008, 20:06
Localisation: caen

Re: DreamTheater (Nom de Dieu!)

Messagepar vaijuju » 05 Mai 2016, 14:54

Comme je ne voulais pas rester en dehors de cet album évènement , je me suis forcé à écouter le premier disque de "The Astonishing" (au moins 10 écoutes)... et j'ai laissé tomber le 2 ème car je trouvais qu'il n'allait pas m'apporter grand chose .. bon , je ne suis pas un fan de DT mais j'ai eu peur de louper quelque chose :mrgreen: ... par la suite , j'ai écouté un album plus ancien, me souviens plus du titre ...quelqu'un disait que pour lui c'était un chef d'oeuvre, effectivement cet album m'a bien plu... et je reviendrais un jour taquiner DT mais pas avec The Astonishing...

edit : merci TofVW par ta sympathique review, j'aurais été fou de louper le début d'un spectacle à cause de mauvaises infos sur le billet....

Edit : merci Badboy pour cette review très centré sur les musiciens "Mike Mangini doit vaille que vaille " :D joli !
http://vhfrance.activebb.net/portal.htm
(VAN HALEN) forum sur VH, 1er site francophone

Mon Purple Haze (1987)
http://www.youtube.com/watch?v=qrGlhsJPxJ8

ACDC 1981-Scorpions 1982-David Lee Roth 1988--The Darkness 2003-Steve Vai 2001/07-Deep Purple 2009

Avatar de l’utilisateur
TofVW
 
Messages: 1096
Inscrit le: 08 Mars 2009, 23:17
Localisation: DisneyLand

Re: DreamTheater (Nom de Dieu!)

Messagepar TofVW » 05 Mai 2016, 23:07

vaijuju a écrit:merci TofVW par ta sympathique review, j'aurais été fou de louper le début d'un spectacle à cause de mauvaises infos sur le billet....

En fait, pour une fois l'info sur le billet était correcte. Sauf que sur tous les billets de concert, c'est écrit 18h ou 18h30 (j'ai encore revérifié avec Helloween la semaine dernière), qui correspond à l'ouverture des portes. Mais là c'était le début du concert.
L'avenir appartient à ceux qui ont des ouvriers qui se lèvent tôt.

Avatar de l’utilisateur
vaijuju
 
Messages: 1132
Inscrit le: 08 Mai 2008, 20:06
Localisation: caen

Re: DreamTheater (Nom de Dieu!)

Messagepar vaijuju » 06 Mai 2016, 10:36

là ça devait être à cause de la durée du concert ... d'habitude la dâte du billet, c'est l'ouverture des portes et comme à 99 % il y a une première partie, on a de la marge !
http://vhfrance.activebb.net/portal.htm
(VAN HALEN) forum sur VH, 1er site francophone

Mon Purple Haze (1987)
http://www.youtube.com/watch?v=qrGlhsJPxJ8

ACDC 1981-Scorpions 1982-David Lee Roth 1988--The Darkness 2003-Steve Vai 2001/07-Deep Purple 2009

Avatar de l’utilisateur
TofVW
 
Messages: 1096
Inscrit le: 08 Mars 2009, 23:17
Localisation: DisneyLand

Re: DreamTheater (Nom de Dieu!)

Messagepar TofVW » 06 Mai 2016, 11:05

vaijuju a écrit:là ça devait être à cause de la durée du concert ...

Même pas... quand je suis allé les voir l'année dernière au Zénith, puis à l'Olympia, le concert durait 3h, sans première partie, et commençait à 19h30 ou 20h. Donc on avait de la marge.
L'avenir appartient à ceux qui ont des ouvriers qui se lèvent tôt.

Avatar de l’utilisateur
vaijuju
 
Messages: 1132
Inscrit le: 08 Mai 2008, 20:06
Localisation: caen

Re: DreamTheater (Nom de Dieu!)

Messagepar vaijuju » 09 Mai 2016, 17:55

Je viens de tomber sur ce titre , quelqu'un peut m'en dire plus ?

https://youtu.be/2KwFzUh289g

Trial of tears
http://vhfrance.activebb.net/portal.htm
(VAN HALEN) forum sur VH, 1er site francophone

Mon Purple Haze (1987)
http://www.youtube.com/watch?v=qrGlhsJPxJ8

ACDC 1981-Scorpions 1982-David Lee Roth 1988--The Darkness 2003-Steve Vai 2001/07-Deep Purple 2009

Avatar de l’utilisateur
TofVW
 
Messages: 1096
Inscrit le: 08 Mars 2009, 23:17
Localisation: DisneyLand

Re: DreamTheater (Nom de Dieu!)

Messagepar TofVW » 18 Nov 2016, 11:16

Dream Theater fête les 25 ans d'Images and Words!

A l'occasion du 25ème anniversaire d'Images and Words, l'album qui a révélé Dream Theater, notamment avec le titre "Pull Me Under", les Américains s'apprêtent à se lancer dans une tournée célébrant l'album, où ce dernier sera joué en intégralité.
Intitulée 25 Images, Words & Beyond, la tournée passera par Paris le 12 février 2017, au Zenith, une salle dans laquelle le groupe n'a plus joué depuis 2014, après en avoir foulé les planches à de nombreuses reprises.
Pour l'occasion, le groupe abandonne les concerts The Astonishing Live, où Dream Theater interprétait l'intégralité de The Astonishing, leur album concept sorti en début d'année.
L'avenir appartient à ceux qui ont des ouvriers qui se lèvent tôt.

Avatar de l’utilisateur
Badboy
 
Messages: 916
Inscrit le: 12 Août 2008, 21:44
Localisation: IdF

Re: DreamTheater (Nom de Dieu!)

Messagepar Badboy » 18 Nov 2016, 14:55

Bien évidemment j'y serai. J'imagine aisément une très grande soirée ! 8)
"l’appétit vient en mangeant, la soif disparaît en buvant" - François Rabelais (un bien brave homme)
J'y étais : mon blog ;)

Shannen
 
Messages: 452
Inscrit le: 25 Avr 2014, 08:21

Re: DreamTheater (Nom de Dieu!)

Messagepar Shannen » 10 Mars 2019, 10:14

Bien.... bien.... bien....

Depuis le 22 février dernier est sorti le Distance Over Time de Dream theater. Bien que grand fan depuis le 2nd album, (Images & Words.... 1992.... putain.. déjà).... Dream Theater fait partie de ces groupes dont la parution d'un album est toujours un événement qui me fait piétiner d’impatience. Et ce, même si il y a certains albums dont le contenu me laisse indifférent.... et les deux derniers opus m'avaient laissé dans une froideur à découper à la tronçonneuse! Le départ de Portnoy n'y est pour rien, puisque A dramatic turn of Events (1er opus avec Mangini m'avait plus que séduit) De même, j'ai toujours une relation un peu particulière avec ce groupe et ses backstages. Bref, il y a des groupes comme ça, avec lesquels on entretient un lien spécial.

Avant la sortie de Distance over Time, j'avais lu et eu confirmation que Petrucci et sa bande étaient désireux de revenir à un modèle de compositions en commun, mais (et surtout) à un format de morceau beaucoup plus court, voire, pouvant flirter avec le concept de la "chanson" (ce qui est une manière de parler... hein!) .... et effectivement, cette nouvelle galette de Dream Theater est la plus abordable de toute la carrière du groupe.... on entre dedans plus facilement, moins d'hermétisme.... (encore que Falling into Infinity et un morceau comme You not me nous en donnaient déjà un bel aperçu!) ..... et cette Distance over Time se la joue facile (relativement dans le contexte Dream Theater)

Excepté Metropolis pt2, j'ai tjs eu un mal fou pour apprivoiser un bestiaux de chez DT..... et là, je n'y échappe pas.... on a beau évoluer dans un contexte moins dense, ça reste du Dream, c'est bien heavy, riche et tout... certes, je n'arrive tjs pas à me faire à la voie de Labrie.... mais au fur-et-à-mesure, ça me plait! Je sens bien que un album de Dream Theater va me plaire.... ce qui n'est pas une mince affaire, car depuis 2013 et 2 albums.... je commençais à désespérer. Sans doute le meilleur album de l'ère Mangini!

Le packaging est riche et sympa selon l'édition que vous choisissez.
Pour ma part, (et comme j'avais des chèques-cadeaux a utiliser), j'ai opté pour la version coffret CD-DVD et le vinyle ... Le coffret est un beau produit, bien fourni, luxueux, contenu musical en bonus intéressant (l'album en instrumental avec un inédit... option qui, lorsque comme moi, on supporte mal la voix de Labrie, est bienvenue)... bref, c'est riche, dense, et ça vaut le coup. Le vinyle (double) est lui aussi bien agencé... il est lourd... pèse son poids... et vaut aussi son pesant de cacahuètes!

Ah oui.... pour les 20 ans de Metropolis pt2 (putain.... 20 ans.... l'époque où j'ai connu ma chère et tendre!) .... la prochaine tournée verra le groupe jouer cet album en entier sur scène, comme à l'époque de la tournée de l'opus en question! Je n'ose imaginer la durée des concerts!!!! Quoique, lorsque le groupe proposait (en rappel... :shock: :shock: :shock: ).... l'intégralité d'album comme Master of Puppets, Made in japan, Number of the Beast ou Dark Side of the Moon (une pure merveille... CD et DVD sont somptueux)... les concerts ne duraient pas 45mn!) .... bref.... avec Madame, on a noté ça dans notre agenda! ;-)

J'édite mon message.... je viens de me rendre compte que j'ai complètement oublié de parler du titre qui, selon moi, se dégage sensiblement de cet album.
Paralyzed.... une intro en 30 secondes (!!!).... un riff lourd et efficace, une basse vrombissante, un solo rentre-dedans, une batterie simple (pas simpliste) .... seul Labrie serait derrière un autotune que ça ne m'étonnerait pas! ..... bref.... un morceau comme il faut....(encore un peu et il pourrait plaire à Chonchon... presque... enfin.... non... faut pas déconner non plus! ;-)

PrécédentSuivant

Retour vers Autres groupes

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : chtimixeur and 5 invités